Forum regroupant les fans de resident evil
 
Accueil  Portail  Calendrier  FAQFAQ  Rechercher  Membres  GroupesGroupes  S'enregistrer  Connexion  
http://www.youtube.com/channel/UC49Jz5NgJ1lPFmdfyycX33w/videos?tag_id=&view=0&sort=dd
http://www.resident-evil-addict.com/
http://raccooncity2025.forumsrpg.com/
http://pirate-des-mers.forumactif.org/forum

Partagez | 
 

 Paf le chien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 11 ... 16  Suivant
AuteurMessage
WAF
Le héros des survivants
Le héros des survivants


Messages : 1375
Points : 1379
Réputation : 0
Date d'inscription : 03/05/2013

MessageSujet: Lundi 19 Janvier 2015   Ven 16 Jan - 7:55

Clivan : J'ai pris des mesures de sécurités pour m'assurer qu'il n'y ais plus de problèmes.

Léon : C'est vrais que je me sens plus en sécurité avec tous ces gardes dans la pièce.

Clivan : Vous savez malgré que je sois le patron de ce la boite gérant l'émission, c'est la première fois que je viens sur le plateau.

Léon : Bon bein merci.

Clivan : (Mâchouille son cigare) Allez je vous laisse. (S'en va)

Léon : Bonjour chers amis de ZombRadio, la radio des zombies, comment allez vous ?

Garde : Je crois qu'ils ne vous entendent pas.

Léon : Ouais bon faites entrer l'invité du jour qui est...ADOLF HITLER !?

Adolf : Gunten Tag cher ami !

Léon : QUOI !? QUOI !? QUOI !? QUOI !? QUOI !?

Adolf : J'ai CHANgé !

Léon : QUOI !? QUOI !? QUOI !? QUOI !? QUOI !? QUOI !? QUOI !? QUOI !? QUOI !? QUOI !?

Adolf : Votez pour moi en 2017 !

Léon : YAAAAAAAAAAAAAAA !!!! (Saute par la fenêtre)

Mike : Eu on vient d'arriver, pourquoi il a sauté par la fenêtre ?

Garde : Je ne sais pas mais je vais aller récupérer les morceaux cassés.

Ian : Installez vous Mike.

Adolf : (Renifle très fort) Ça sent le Juif !

Ian : Effectivement je suis Juif mais là n'est pas le propos monsieur ?

Adolf : Hitler, Adolf Hitler.

Ian : YAAAAAAAAAAAA !!!! (Saute aussi par la fenêtre)

Adolf : Mais je voulais juste avoir un Juif en ami, que l'image que les gens ont de moi change.

Mike : C'est pas gagné après ce que vous avez fait.

Adolf : Enfin oui j'étais un gros dictateur sanguinaire et xénophobe mais ça c'était avant. Hitler vous allez l'aimer.

Mike : Ou pas, vous ai je dis que j'étais homosexuel ?

Adolf : YAAAAAAAAAA !!!! (Saute en traversant le mur)

Mike : Connard. Enfin bon écoutons un peu de "Tata Yoyo" de Maître Gims, a plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WAF
Le héros des survivants
Le héros des survivants


Messages : 1375
Points : 1379
Réputation : 0
Date d'inscription : 03/05/2013

MessageSujet: Mardi 20 Janvier 2015   Sam 17 Jan - 16:25

Mike : (Verse un médoc dans son verre) C'est mon médecin qui me l'a proscris et mon psy m'a aussi enragé à prendre des médocs.

Chris : Si ça peux t'aider à aller mieux, moi aussi j'allais à mal quand j'avais perdu toute mon équipe, deux fois en plus, mais les médocs et l'alcool m'ont aidé à tenir le coup.

Mike : (Bois le verre) Je ne pense pas que tu sois la meilleur personne placer pour m'aider.

Chris : Je disais juste ça comme ça.

Mike : Bon allez je suis près. Bonjoir à tous c'est Mike et Chris Redfield pour ZombRadio, la zombie des radios, bonne nuit les gens !

Chris : Il y a des effets secondaires sur tes médocs ?

Mike : Non (S'endort)

Chris : Bon bein Léon, le psy et Hitler sont actuellement entrain de se remettre de leur blessures. Tandis que ma sœur s'est marié avec un connard, dommage qu'ils n'aient pas tout annulé en voyant qu'il y avait du laxatif dans le gâteau de mariage.

Claire : C'était toi !

Chris : Quoi que non ! Qu'est ce que tu fais là Claire ?

Claire : Salaud, exprès tu ne sauras pas où j'ai planqué tes stéroïdes !

Chris : Non, tout sauf mes stéroïdes !

Nicolas : Excusez moi, je veux être au premier rang.

Claire : Allez le mec qui s'incruste comme ça, niquel, c'est un pote à toi ?

Chris : Mais non !

Nicolas : Et pensez à moi en 2017 et même en 2018 chez vous si vous voulez.

Barack : Ah non ça tu peu crever mon pote, moi je reste, votez pour moi.

Adolf : Non moi !

Chris : Mais il était pas à l’hôpital ce type !?

Claire : J'en sais rien !

Garde : Vous voulez que je les vire ?

Chris : Volontiers !

Garde : Allez les gars, on dégage.

Barack : Mais je suis votre président !

Garde : C'est ça et moi je suis Beyoncé.

Chris : Enfin en paix.

Mike : Hein ? J'ai raté quoi ?

Chris : Oh trop fois rien.

Mike : Bon bein j'espère que cette émission vous a plus et... (S'endort à nouveau)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WAF
Le héros des survivants
Le héros des survivants


Messages : 1375
Points : 1379
Réputation : 0
Date d'inscription : 03/05/2013

MessageSujet: Mercredi 21 Janvier 2015   Mar 20 Jan - 21:49

[Redif de celui du 5 Septembre 2013]

Maxime : Hello tout le monde c'est Maxime Moulin et Stive People, nous remplaçons aujourd'hui Mike et Brian pour ZombRadio, la radio des zombies. Alors Stive ça va ?

Stive : Ouaip.

Maxime : Alors accueillons tout de suite notre invitée du jour c'est ça deuxième fois...Et j'espère la dernière. Voici Erza Josse !

Erza : Salut tout le monde.

Maxime : Alors Madame Josse, avant hier une émeute a eu lieu au Zoo de Raccoon City, aussi extraordinaire que La Planète des Singes, les animaux ont tentés de se rebeller contre nous humains mais au final grâce à votre action, ils ont tous été tué, pouvez vous nous dire comment tout cela a commencé ?

Erza : Tout ça à cause de cet abruti, débile, de Gilbert Montagné qui je ne sais pas pourquoi s'est frotté contre la vitre du bassin des otaries, ensuite tout à commencé.

Maxime : Okay !

Stive : Avez vous senti une attirance sexuelle en le voyant se frotter ?

Erza : Heu non j'avais plutôt envie de le tuer pour avoir gâché ma journée, par contre voir Jill Valentine se frotter là oui ça m'attirerais bien hi hi !

Stive : Oh mon dieu, elle est pédé ! Elle aime les filles, elle ne devrait pas exister !

Maxime : Stive, mais calme toi !

Stive : Je me casse ! (Se barre)

Erza : Mais non je ne suis pas pd mais bi c'est diffèrent j'aime les femmes et aussi les hommes d'ailleurs, je suis désolé d'avoir choqué votre ami.

Maxime : Ne vous excusez pas, il est con. Bon vous pouvez continuer votre histoire, parce que j'ai encore du mal à imaginer que Gilbert en slip qui se frotte ait pu causer une rébellion animal.

Erza : Oui bien sur, donc quand il se frottait, des personnes ont appelé la sécurité, quelque minutes plus tard 4 agents de sécu sont venus pour l'arrêter mais ce con les a tous abattu, suite a ça se fut la panique totale les gens couraient partout dans tous les sens, mais attends j'espère que cette abruti n'est pas invité dites moi ?

Maxime : Meuh non ! Ah bah tiens comme de par hasard, mais qui c'est qui passe dans le coin. Accueillons Gilbert Montagné ! Alors Monsieur Montagné comment allez vous ?

Gilbert : J'ai une envie de tuer des rousses...

Maxime : Hé hé hé... Bon en attendant que le sniper de l'émission arrive, Erza voulez vous dire un mot à Gilbert ?

Erza : Hé merde pas lui, je ne dirais qu'une chose : Que ce type ne approche pas sinon je quitte ce studio d'accord ?

Gilbert : Ne t'en fais pas, si je m'approche de toi, ce sera pour te tuer.

Maxime : Maxime : Hé hé hé hé, et bien...

Gilbert : Ta gueule... Tu vas décrocher oui !?

Maxime : Bon accueillons tout de suite notre sniper, Slimane-Baptiste Berhoun !

Slim : Cible en visuel, paré pour les questions.

Maxime : Bah alors vas y.

Slim : Quel tour de poitrine faites vous mademoiselle Josse et ne me répondez pas du 80b, allons, nous savons que vous faites plus.

Erza : (Tabasse Slim) Vois la réponse à ta question ! (Regarde Gilbert) Tu sais aujourd'hui tu as de la chance mon envie de te tuer n'est plus toi, désormais quelqu'un d'autre a pris ta place. (Se barre)

Gilbert : Bon, je n'ai maintenant plus aucune raison de rester ici. (Se barre aussi)

Maxime : Bon bein on devait accueillir Kim Jong Un mais on a eu assez d'action pour aujourd'hui, allez à plus les gars !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WAF
Le héros des survivants
Le héros des survivants


Messages : 1375
Points : 1379
Réputation : 0
Date d'inscription : 03/05/2013

MessageSujet: Jeudi 22 Janvier 2015   Mer 21 Jan - 18:34

Léon : Hey hey hey hey, C'est Léon and Mike pour ZombRadio la radi odes zombies, POHHHHH !!!!!!

Mike : YEAH !!!!!!!!!!!!!!

Léon : J'aime cette émission alors j'espère que vous aussi sinon je viendrais vous éliminer dans votre sommeil personnellement.

Mike : Ouais et on commence par une annonce du gouvernement, notre pays a un nouvel ennemi Numéro 1 d'après notre cher Président Barack Obama.

Léon : C'est pas Peter Welson notre président ?

Mike : Je sais pas, en tout cas, l'ennemi en question est JC Denton est recherché pour le meurtre de 799 personnes, ouah la vache !

Léon : C'est une minigun ce mec, même moi j'arrive pas à un tel score aussi rapidement.

Mike : En tout cas si vous ovulez en savoir plus sur ce mec, sa description est sur le site Présidentiel WWW.Yeahmec.com.

Léon : J'aimerais rencontré ce type, surtout savoir pourquoi il a tué tant de personnes.

Mike : Sinon le film Qui a pissé dans mon verre 3D est sorti aujourd'hui et d'après la bande annonce, ça va déchirer.

Léon : Il va y avoir de l'action ?

Mike : Oui pleins.

Léon : Bof, je préfère les films comme Auschwitz 2, avec comme description : Vous n'aimerez pas y retourner.

Mike : Il a l'air sympa.

Léon : Tu devrais le voir, Brad Pitt est même mort durant le tournage.

Maxime : C'est quand que j'interviens ?

Mike : Hé bien voici l'invité du jour Maxime Moulin qui va nous parler du nouveau film qu'il va sortir, un film Resident Evil.

Maxime : Eu finalement il en sortira pas.

Léon : Comment ça ?

Maxime : Tout ce que j'ai écris s'est déroulé en vrais, les persos que j'ai inventé existes ! Je suis le maître de ce monde !

Léon : Il me fait peur.

Mike : A moi aussi.

Garde : Sortez d'ici monsieur.

Maxime : Tu n'existe plus !

Léon : Il a disparu !

Maxime : Vous aussi ! Et ce ZombRadio est fini !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WAF
Le héros des survivants
Le héros des survivants


Messages : 1375
Points : 1379
Réputation : 0
Date d'inscription : 03/05/2013

MessageSujet: Re: Paf le chien   Sam 24 Jan - 19:50

Ian : Alors Mike, vous avez fait des progrès, il maintenant temps pour moi de voir si vous allez vraiment mieux.

Mike : Je vais vachement mieux.

Ian : Brian.

Mike : OUIN !!!!!!! (Se barre en pleurant)

Léon : Hé bien dis donc, ça c'est de l'effet.

Ian : Bon j'y vais, commencez l'émission.

Léon : Bon bein hello, olleh à tous, c'est Léon Scott Kennedy pour ZombRadio, la radio des beaux blonds, et cette fois ci je serais seul pour commenter...

JC Denton : (Arrive essoufflé) L'endroit est sur ?

Léon : Oh non c'est l'autre terroriste, Goerge Bompier je crois, où est l'autre garde quand on a besoin de lui ?

JC Denton : Je peux rester ici, le temps que les mecs du MJ12 se barrent ?

Léon : Mais oui ! Faites comme chez vous !

JC Denton : Merci.

Léon : Bon en parlant de terroriste, Albert Wesker est toujours recherché par le monde entier et aux dernières nouvelles il n'a plus ses supers pouvoirs.

JC Denton : Je l'aime bien lui.

Léon : Moi aussi, donc je ne dirais pas où il est planqué. Accueillons maintenant notre invité du jour une certaine Sandra Bullot, qui bosse pour le BSAA mais est actuellement en filature chez Wesker.

Sandra : Non mais super ! Tu viens de gâcher ma couverture !

Léon : De rien.

JC Denton : Ah mais je la connais, je l'ai déjà vu dans une vidéo de Maxime Moulin, c'était le Chapitres 148 du Lets Play sur Deus Ex intitulé "C'est pas bientôt fini ?".

Sandra : Heureuse de constater que j'ai une réputation digne du plus connu des agents des services secrets du...

Léon : Merci c'est gentil.

Sandra : Je parlais de James Bond, toi t'es une bouse.

Léon : Attention. Je pourrais te violer, ou appeler Ada et crois moi tu n'aimerais ni l'un ni l'autre.

Sandra : Bon je m'en vais il faut que je brouille cette station radio.

Léon : Hé ne....Touchez....Ca.....JC....Non.

JC Denton : Voila problème réglé.

Léon : Tu lui as tiré une balle en pleine tête avec un sniper !

JC Denton : Tu sais, tu commence à me faire chier, donc je vais te tuer (Sors un lance roquette)

Léon : Oh putain !

JC Denton : Allahu Akbar ! (Tir)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WAF
Le héros des survivants
Le héros des survivants


Messages : 1375
Points : 1379
Réputation : 0
Date d'inscription : 03/05/2013

MessageSujet: Re: Paf le chien   Lun 22 Juin - 15:55

15H15 de l'après midi, oui c'est con, Baptiste était sorti de sa chambre et s'était rhabillé pour aller au Mausolée qui était en construction au dernier étage de la base. Les statues de Gilbert Montagné; Maxime Moulin; Baptiste Sixte, Léon Scott Kennedy, Albert Wesker et Ichigo Kurosaki étaient déjà là.
Il était là et contemplait le décor tandis que les ouvriers continuaient leur travaux à leur rythme, qui était lent car ce sont des travailleurs français donc flemmards.
Il entendit alors Sulfura arriver pour lui parler.

Sulfura : Alors bien dormi man ange ?

Baptiste : Ouais ça peut aller, je suis content que tu sois de retour.

Sulfura : Alors quoi de beau ?

Baptiste : J'attends la venue d'un ami de chez Armacham pour qu'il me tienne au courant des infos.

Au loin Stive et Jeremy qui comme beaucoup de personnages s'incrustaient tranquille dans cette base militaire, on parle de la même base où Angel s'est évadé sans que personne ne la voit, donc c'est pas vraiment étonnant.
Les deux amis regardaient Bap parlait tout seul et s'inquiétaient à son sujet.

Jeremy : Je savais bien qu'il deviendrait fous, allez par ici les billets.

Stive : Rhhooooooo ! Pourquoi tu me bas toujours dans les paris !?

Un homme passa alors à coté d'eux, c'était Sébastien du service marketing d'Armacham et donc de Hammer Industries maintenant techniquement. Il portait une écharpe autour du coup, avait une voix un peu aigu, les cheveux noirs et un peu dégarni sur le devant, c'est pour ça qu'il ramenait ses cheveux en avant pour pas que ça se voit.
Il portait une chemise bleu sombre, un pantalon brun foncé et des santiags noirs.
Malgré donc un coté un chouia efféminé et qui correspond bien au job, il n'était pas gai et avait une femme et deux enfants car il avait 42 ans le bougre. Mais il faisait pas vieux à la gueule et resté encore assez beau.
Il alla alors à coté de son pote, pas du même que se tenait Sulfura qui resta silencieuse pour laisser son amour parler avec son ami.

Seb : Salut Baptiste, ça va ?

Baptiste : Mieux depuis aujourd'hui, Hydra s'en prend bien la face et si on arrive à continuer dans cette voie, je pourrais me concentrer sur d’autres choses aussi préoccupant.

Seb : Richard Vanek, hein ? Je l'ai connu, enfin pour le peu que je l'ai vu, je me demandais à quoi il servait, lui et ses hommes, à par faire chier leur monde et faire des conneries accidentellement, ils servaient à rien, à si faire des trucs pas cool.

Baptiste : Qu'est ce qui est cool dans notre beau monde, telle est la question.

Seb : C'est sur oui. Sinon le boulot reprend son cour depuis que Armacham est devenu une filiale de Hammer industries, quand ut pense qu'il y a un mois, on aurait dit que c'était le contraire qui se serait produit, ça me fait rire. Je ne sais pas encore qui va remplacer Aristide mais ça m'embête que Vanek s'en tire tranquille pendant que les Nouveaux Nazis camoufles ses traces sans le vouloir.

Baptiste : Ouais, que veux tu, le monde dans lequel on vit est injuste et c'est à nous d'essayer de le faire tourner correctement.

Seb : Depuis quand tu es philosophe toi ?

Baptiste : Depuis le 18 Août dernier, au moins ça m'a ouvert les yeux.

Seb : T'aurais pu quand même penser à tes amis, on s'inquiétait à ton sujet.

Baptiste : désoler mais j'ai sombrais mais maintenant ça va mieux, je suis de retour et nos ennemis vont en chier et là je vais dire bonjour à mon père que je croyais mort.

Seb : OK bon bein bonnes retrouvailles, je pense que je vais pas tarder à y aller, ça faisait du bien de te revoir, ciao.

Les deux amis se séparèrent, laissant Baptiste rejoindre le salon privé des Avengers où se trouvaient Wesker qui jouait à Tetris sur son phone et Lucy qui regardait la TV et qui venait de finir de manger. Il alla s’asseoir à ses cotés et voyant que c'était un match de foot à la TV.

Baptiste : Ah notre équipe féminine, elles savent mieux jouer au foot que l'équipe masculine. Je ne savais pas qu'on recevait des chaines françaises ici.

Sulfure : C'est Lucy c'est ça.

Baptiste : Oui c'est Lucy, Sulfura. Sinon Lucy, mon père ne devrait pas tarder à arriver à la base, d'ici les minutes qui viennent, faut être près pour l'accueillir.

Il attendit de voir sa réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WAF
Le héros des survivants
Le héros des survivants


Messages : 1375
Points : 1379
Réputation : 0
Date d'inscription : 03/05/2013

MessageSujet: Re: Paf le chien   Dim 23 Aoû - 21:58

POV 3ème Personne

Shinichi Kudo se réveilla une nouvelle fois en tant que Conan Edogawa, ça faisait maintenant 3 ans qu'il chassait les hommes en noirs pour détruire leur organisation, 3 ans aussi qu'il souhaitait revenir dans son corps d’origine pour revenir comme avant et vivre sa vie avec Ran. Enfin ça c'est le topos, en vrais... Voici une journée ordinaire dans Détective Conan.

POV Conan

J'étais réveillé à 6 heures du matin, on était Dimanche donc j'avais pas cours aujourd'hui, mais j'avais mal dormi de la nuit à cause du vieux qui ronfle comme une locomotive à vapeur.
Heureusement je vis Ran arriver pour le réveiller d'un bon coup de pied au cul.

Kogoro : Mais ça ne va pas, t'es folle !?

Ran : Tu peux m'expliquer pourquoi t'es rentré à 3 heures du mat, bourré, avec une jolie femme sous le coude... Mais surtout pourquoi elle est encore là !?

En effet une jolie brunette de 21 ans se trouvait dans le lit de Mr Mouri et elle fut réveillé par tout le boucan causé par la fille de ce dernier.

Femme : Qu'est ce qu'elle a à gueuler l'autre ?

Kogoro : C'est rien, c'est juste ma fille.

Ran : Que dirais maman si elle voyait ça ?

Kogoro : Mais tu fais chier avec Eri, on a divorcé, je ne veux plus d'elle, donc maintenant tu vas me laisser vivre ma vie tranquille sinon tu auras à t'occuper du morveux toute seule, c'est comprit !?

Ran : Papa !!!

Elle voulait lui faire une prise de karaté à tonton, ce qu'elle fit, mais elle lui brisa la nuque par la même occasion.
L'autre jeune femme fut choqué en voyant ça et elle perdit connaissance. Quand à Ran, comme j'en avais marre de son comportement, je l'endormis avec une fléchette de ma montre tranquillisante. Je soupirais à ce moment là car j'en avais marre de Ran.
Elle fait chié cette meuf, à toujours se mêler de ce qui ne la regarde pas, à flipper pour n'importe quoi, à toujours pleurnicher à propos de Shinichi.... PFFFFF, comment j'ai pus l'aimer ? C'est décider, je vais faire ma vie avec Shiho, elle est trop classe cette gonzesse.
Me voila donc levé pour m'habiller, ceci fait je quittais la piaule pour faire un tour dehors, mais une fois arrivé sur le trottoir, que ne fut pas ma surprise de voir Hattori et sa copine arriver tranquillos vers moi.
Et évidemment la première réaction du garçon d'Osaka en me voyant fut la même que d'habitude.

Heiji : Oi Kudo !

Conan : Hattori....

Je lui braquais mon Colt 1911 sur lui avec un air "Tu m'as appelé par le mauvais nom."
Comme d'hab, il tenta de se rattraper d'une façon complètement raté, mais là il gagna le gros lot.

Heiji : Je voulais dire, Kudastrapactas oh oui c'est le meilleur des jambons !

Il attrapa une canne et un chapeau en plein vol puis les enfila et commença à danser avec Kazuha ainsi que Masumi et Jodi qui arrivèrent dont ne sait où.

Heiji : Venez en acheter chez Lidl, c'est ouvert tous les mardi sauf quand il neige car....

Ce n'est pas que je m'en foutais de sa chanson mais j'entendis alors une voix appeler un nom dans la rue, une voix terrifiante, celle de Gin.

Gin : Sherry ? Sherry !? Sherry !!?

Harry : Cheryl !? Vous n'auriez pas vue ma petite fille, elle s'appel Cheryl.

Gin : Non et vous n'auriez pas vue une scientifique, cheveux auburn, sentant la fraise ?

Harry : Si, chez le professeur Agasa tout à l'heure.

Gin : Cool, merci, je vais prévenir cette personne.

Dit il en pointant du doigt Vodka qui était planté sur le trottoir comme un lampadaire, même les chiens du coin lui pissaient dessus en le confondant avec l'objet en question.
Je pris peur en voyant ça et grâce à un recours scénaristique très connu, je me retrouvais devant le domicile d'Agasa bien avant Gin et ses potes. Il faut que je prévienne le prof et Haibara, et ensuite je vais lui révéler mes sentiments, je suis sur qu'elle en meurt d'impatience. J'ouvris le portail puis je me posais sur le seuil de la porte d'entré et je sonnais en attendant que quelqu'un m'ouvre.
Ce fut Mitsuhiko qui m'ouvrit, il était vêtu assez sobrement et il semblait à peine réveillé.

Moi : Agasa et Ai sont là ?

Mit : Yep, rentre.

J'entrais justement et je remarquais à peine arrivé au centre de la pièce, le cadavre en décomposition avancé de Genta sur le canapé du salon, il était mort d'une overdose de ramen après avoir fait un concours avec Naruto.

Mit : Faudrait se débarrasser du corps, ça schlingue !

Moi : Où sont les autres ?

Mit : J'ai vu Agasa endormir Ayumi et Haibara avant de les entraîner dans sa chambre pour son "Heure Spéciale Folie".

Moi : Il recommence !

Je sentis une infâme colère m'envahir et mes cheveux se formèrent en pic et devinrent blonds, j'étais rentré en mode Super Saiyan.
Je montais en vitesse rejoindre la chambre d'Agasa, la porte y menant valsa en morceau et mes cheveux éclairèrent l'endroit plongé dans le noir. Je vis alors le vieux dans son pieu, tenant avec ses deux bras les deux filles endormis à ses cotés.

Hiroshi : Hé Shnichi, tu veux tester ma nouvelle invention ?

Moi : Espèce de connard !

Heureusement j'avais avec moi mes supers chaussures, donc je sortis un ballon de foot de ma ceinture et je le percutais avec ma grosse puissance pour l'envoyer dans le professeur.
Ce dernier traversa le lit, le coupant en deux, puis le sol et fut envoyer de nombreux mètres sous terre. Les deux filles furent réveillées en sursaut et toutes nues. Elles me regardèrent avec une expression de choc, même si Ai put reprendre son poker face habituelle.
Ayumi fut la première à se diriger vers moi et je la dégagea derrière moi comme une merde.

Moi : Vas voir Mitsuhiko si j'y suis !

Elle se barra en chouinant, elle ne valait pas mieux que Ran.
La femme restante resta de marbre et vint me voir avec son regard froid. Tu vas voir, je vais bientôt te décongeler ma petite. Je la vis alors sortir de sa blouse qui traînait par terre, une fiole contenant une drôle de substance.

Ai : L'antidote permanent est près, en faite il me fallait juste du Sperme de Yak.

Moi : Cool.

Je l'a pris alors violemment dans mes bras et la fit boire une partie du contenu et je bus le reste.
Elle ne comprenait pas pourquoi la pauvre mais bientôt on sombra dans l'inconscience pour se réveiller complètement nu, même si elle l'était déjà à la base, mais elle ne semblait s'en rendre compte que maintenant. Elle me lança un regard froid.

Shiho : Pourquoi !? Je voulais rester Haibara ! Tu veux me faire souffrir encore plus en allant voir ta....

Moi : Oh mais Ran, je m'en bas les testiboules !

Elle pencha la tête sur la coté sans trop rien comprendre.

Moi : C'est qu'une chouineuse, en plus elle va finir en taule pour avoir buter son père, alors viens dans mes bras, il n'y a eu qu'un ange dans ma vie et elle s'appelle Shiho Miyano ! Et je sais que tu m'aime alors te plains pas !

Shiho : Pince moi je rêve.

Elle fut alors pincer par M. Krabs qui passait par là tandis que Jean Pierre Coffe cria "Fraise" en sentant l'odeur de Shiho alors qu'il passait devant la chambre.
Immédiatement après ça, ma jolie dulcinée me sauta dans les bras et on s'échangea un long baisa qui dura jusqu'au soir même, vers 19 heures 30. Nous nous dirigions ensuite en silence dans la chambre de Ai et sautions dans le lit, faisant bondir comme un ressort, Vermouth qui dormait dessus, et qui valsa par la fenêtre par la même occasion. Suite à çà, je me précipité dans les draps avec la femme que j'aimais et qui avait un an de plus que moi, je me tapais une adulte !
Car oui on s'échangea des baisées, on se toucha nos corps mais à la fin je pus entrer en elle et sans capote.
Elle cria mon nom et moi je criais "Shoryuken !", ce qui embrasa les draps par la même occasion mais on s'en foutait.
Ce qui arrêta notre acte un bref instant, c'est la présence d'Agasa au niveau de la porte avec une caméra.
Nous tournions nos regards vers lui, ce qui le fit réagir.

Hiroshi : Faites pas attention à moi, allez faites nous de beaux enfants !

Je commençais à en avoir sérieusement marre de ce scientifique à deux balles qui fait toujours tout péter comme pour le réveil de Haibara qui explosait chaque matin.
Je sortis mon gun et voulus lui tirer dessus mais l'ange à mes cotés baissa mon arme avec un regard plein d’empathie.

Shiho : Ne fais pas ça...

Je l'écoutais, ce fut à son tour de sortir de derrière elle une grosse arme, un RPG 7.
Elle balança une punchline avant de faire feu.

Shiho : Vous avez toujours aimé les explosions, n'est ce pas Hakase ?

La roquette partit vers le bougre qui put voir la mort lui foncer dessus, elle le fit traverser la fenêtre et l'envoya jusqu'au 7ème ciel avant d'exploser, le tuant sur le coup.
J'étais content qu'on en ait enfin fini avec le vieux, on pouvait reprendre l'acte sexuel tranquillement.

POV Shiho

Ce fut le meilleur moment de toute ma vie, je n'y croyais toujours pas, je venais de faire l'amour avec Shnichi !
J'étais alors plongée dans mes pensées, isolée du monde
Encore ce matin, je n'aurais pas cru pour tout l'or du monde, qu'il allait jeter Ran et venir à moi, mon rêve vient de se réaliser. Il nous reste plus qu'à avoir un enfant et l'élever, ce sera magique comme Kaito !
Je sortis de mes pensées pour voir que le grand détective avait allumé la TV et il se fumait un gros cigare en me tenant avec son bras gauche, il portait aussi des lunettes en forme de dollars maintenant.
Il y avait un reportage sur la mort du Détective Endormi, alias Kogoro Mouri, ils étaient entrain d'interroger 3 personnes qui s'étaient déplacés pour l'occasion, à savoir l'Inspecteur Misao Yamamura de la préfecture de Gunma, l'Inspecteur Sango Yokomizo de la préfecture de Shizuoka et son frère Jugo qui est inspecteur de la préfecture de Kanagawa.

Misao : Pourquoi !? Pourquoi !? J'étais son plus grand fan, maintenant mes collègues vont à nouveau me traiter comme un moins que rien ! Même ma grand mère va être déçu en apprenant ça, je peux au moins faire une photo du corps s'il vous plait !?

Sango : Mouri-san ! Mais comment vais je faire sans le Détective Endormi pour m'aider dans mes enquêtes !? J'étais son plus grand fan !

Jugo : Je l'ai jamais vraiment apprécié ce Détective Fumeur, au moins mon frère arrêtera de me faire chier à parler de lui.... Je rêve où l'autre là bas il fait un selfie avec le cadavre !?

Heureusement à ce moment là mon petit copain zappa sur une autre chaîne où il passait un bon vieux feuilleton "Chiba, chien fidèle".
On y voyait l'Inspecteur Juzo Megure enlever la laisse de Chiba, un flic, et sortir un os de sa poche.

Juzo : Chiba, attrape le nonos !

Chiba : Bien chef !

Il lança l'objet très loin et comme un bon toutou, Chiba obéit et commença à courir à quatre patte dans la prairie avec une musique triste en arrière fond sonore.
Finalement je ne pus voir la suite car Kudo-kun avait décidé d'éteindre la TV car il semblait avoir entendu du bruit.
En effet une voix se fit entendre du salon.

Gin : Sherry, je suis rentré !

Moi : Ciel, mon mari !

Il arriva alors dans la chambre avec une bouteille de champagne dans sa main gauche en mode "Hé hé hé !" mais il se gela sur place et laissa l'objet tomber sur le sol, s'éclatant et déversant son contenu sur le beau tapis.

Gin : Sherry, comment ose tu !?

Shnichi : Je suis juste le facteur, l'amant c'est Subaru !

Et en effet je vis Subaru Okiya sortir de l'armoire en slip kangourou et regarder Gin avec mépris.

Gin : Comment peux tu faire ça à moi !?

Subaru : Hé bien....

Il enleva alors ses cheveux qui étaient en réalité une perruque, il jeta ses lunettes et un bonnet lui poussa sur le crane tandis qu'une clope lui apparut dans la bouche comme pour Gin.
Je le reconnus alors, c'est le petit copain de ma sœur et aussi l'homme chelou qui nous suivait à une époque.

Shuichi : Je suis Shuichi Akai, ah ah !

Et il sauta sur l'homme aux cheveux d'argents et commença à l'embrasser fougueusement, mon cerveau planta à ce moment là.

Agfeukepousekeufreutyumoupilaz

Ouais même mes pensées étaient à l'ouest.
Je ne pus compter que sur l'aide de mon sauveur à mes cotés qui me prit le bras et m’entraîna loin de ces fous.
Nous sautâmes par la fenêtre comme deux amoureux.
Durant la chute, on en profita pour s'embrasser et parler entre nous.

Moi : Merci Kudo-kun.

Shnichi : Appels moi Shnichi, Shiho.

Moi : Shnichi, c'est drôle mais ça sonne comme un nom de chèvre.

Shinichi : Béhhhhhhhh !!!!

Après 1 minute de chute du premier étage, nous fûmes amorti par une personne qui passait par là à ce moment là, ce n'était autre que Maxime Moulin.
Il fut assommé par le choc et on pouvions alors nous relever sans trop de problème en nous débarrassant des débris de verres sur nos corps dévêtis.
Après ce moment douloureux, nous quittions le jardin pour nous retrouver sur la route devant la Maison d'Agasa.

Shinichi : Maintenant on fait quoi ?

Moi : On pourrait faire un tour au Tropical Land ou se rendre à l'Haido City Hotel pour une nuit de plaisir ?

Shinichi : Mouais.... Il parait que Kaitō Kid va voler le célèbre "Oeuf de Mère Grand" fait en Or avec un peu de chocolat, et comme d'hab, il a laissé une lettre avec une énigme pour qu'on cherche comment il va s'y prendre pour le voler.

Il me tendit la lettre où je pouvais voir écrit en anglais "Je vais passer par la fenêtre et prendre l’apparence de Boris pour prendre l’œuf et me barrer en deltaplane, j'avais pas la tête à faire une putain d'énigme aujourd'hui."

Shinichi : Je ne comprends pas l'énigme.

Il est con mais c'est mon con à moi.
Soudain un bruit me tétanisa de peur, c'était Eisuke Hondo qui arrivait en courant, nous ayant reconnu.
Je ne pouvais plus supporter ce mec, il était tellement débile que ça me faisait peur, et ce fut pareil pour le fous de Sherlock Holmes à mes cotés.
Heureusement une personne se mit en travers du chemin de l'étudient et le décapita violemment avec une machette avant de se tourner vers nous en léchant sa lame.
Oh mon dieu, c'es Ran !
En effet la jeune lycéenne nous regarda avec des yeux de psychopathes et commença à rire frénétiquement comme une malade, c'était pas notre journée.

Ran : Shinichi ! Tu oses me tromper avec cette pute !?

Shinichi : Alors déjà c'est prostituée et puis... Un fantôme derrière toi !

Ran : AAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHH !!!!!! Où ça !!!!!!?????

Shinichi : Vite Shiho fuis, je m'occupe d'elle !

J'étais déjà parti avant qu'il ait fini sa phrase, courant aussi vite que je pouvais alors que la nuit tomba d'un coup à 15 heure, on se serait cru dans un film d'horreur.
Sans m'en rendre compte, je venais d'entrer dans un vieil immeuble en démolition et donc complètement abandonné, la porte se referma derrière moi, me laissant prisonnière de cet endroit sombre.
Je sortis ma montre torche et j'éclairais l'endroit pour ne voir que poussière et toiles d’araignées.
Je dois sortir d'ici, et vite !
Je m'avançais dans cet endroit malfamé et je remarquais assez vite une traînée de sang menant à une pièce à ma gauche.
Je la suivis pour arriver au fin fond de la pièce où m'attendait un triste spectacle.
En effet le corps sans vie de Yumi Miyamoto se trouvait là, assit contre le mur avec une entaille sur le visage, surement causé par la machette de l'autre tarée.
Faut vraiment que je me barre d'ici avant de finir comme elle.
Du bruit attira mon attention, quelqu'un venait d'entrer dans la même pièce que moi.
Je me retournais subitement et je braquais ma lampe sur l'individu devant moi.
Je fus soulagé de voir que ce n'était que Ninzaburo Shiratori qui semblait surprit de me voir.

Ninzaburo : Qu'est ce que tu fais là ?

Moi : Je fuis Ran qui a décidé de tuer tout le monde, et vous ?

Ninzaburo : Je suis à sa rechercher aussi avec Sato et Takagi, ce con l'a laissé s'échapper.... Merde Yumi est morte, elle me devait 15 000 Yens.

Le repos fut de courte durée, car il se prit un choc à l'arrière de la tête et il s'écroula mort devant moi.
Je vis alors qu'il s'était prit une machette et je remarquais une silhouette que je connaissais bien se trouvant sur le pas de l’endroit où se trouvait autrefois une porte.
Ran Mouri se trouvait là, les mains dans le dos comme je le fais habituellement, entièrement couverte de sang et avec un sourire du psycho sur la tronche.
Elle commença à tituber très lentement en ma direction sans que je n'ai d'échappatoire.

Ran : Oh oui ils flottent Haibara, ils flottent et quand tu seras en bas avec moi tu flotteras aussi !

Moi : Tu pique des répliques du film "Ça" maintenant ? Bordel, où sont Sato et Takagi ?

Ran : Là !

Je la vis sortir de derrière elle les têtes des deux officiers de police, ce qui anéantit complètement mes espoirs alors qu'elle jeta ce qu'elle tenait en main pour reprendre la machette tandis qu'elle était qu'à deux mètres de moi.
Mon heure est venue.... Shinichi doit être mort lui aussi... Avec moi, ça fera 8 morts causés par cette dégénérée mentale.
Alors que mon compte semblait bouclé pour de bon, l’inattendu se produit.
Un bruit bien trop familier à mes oreilles se fit entendre, et Ran sombra par terre après s'être pris une balle dans le dos.
Mon sauveur, c'était lui, vous l'aurez deviné.

Moi : Shinichi...

Il se tenait à son tour sur l'entré de la pièce, vêtu d'un smoking et de lunettes de soleil noirs, lui donnant un coté cool. Il rangea son beretta et me regarda avec ses yeux de chien battu.

Shinichi : Shiho...

Moi : Où est ce que t'étais passé !? Idiot....

Shinichi : Oi oi, Shiho ! Après que tu sois parti, Ran m'a poussé violemment et t'a poursuivi. J'ai essayé de vous rattraper mais je suis tombé sur Naeko qui attendait le retour de ses collègues ainsi que l'arrivé des renforts. Elle m'a prêté son arme et je viens d'arriver là, juste à temps à priori.

Moi : Ouais... On fait l'amour ?

Shinichi : Allez !

Il commença à se déshabiller tout en évitant les cadavres sur le chemin et il se retrouva bientôt sur moi, et le rapport sexuel commença.
On ne se doutait pas une seule seconde que comme dans tout film d'horreur, le tueur se relever pour un dernier frisson.
Par chance cette folle se prit une balle en pleine tête qui la fit taire à jamais.
Nos regards se tournèrent une énième fois vers une nouvelle personne à quelques mètres de nous qui décapita le corps de Ran.
C'était un homme costumé en rouge et noir, avec deux pistolets et deux katanas.

Deadpool : Désoler de m'incruster comme ça mais j'avais besoin de me défouler, continuez vos trucs.

Et nous écoutions ses conseils et nous reprenions nos activités très intéressantes tandis que les sirènes se firent entendre au loin.

POV 3ème Personne

Pendant ce temps, un nouveau patient entra dans la salle d'attente du cabinet du Docteur Tomoaki Araide.
L'homme en question n'était autre que Makoto Kyogoku qui venait de perdre un bras dans un duel de karaté face à Jackie Chan, il regrettait fortement de l'avoir combattu.
Deux autres personnes se trouvaient dans la pièce, déjà celui le plus proche de l'entré du cabinet du médecin qui était Gosho Aoyama, le créateur de Détective Conan.
Mais le petit ami de Sonoko décida de s'asseoir a coté de l'autre personne, Jirokichi Suzuki qui avait son chien, Lupin, assit sur ses jambes.

Jirokichi : Rassure moi, t'es le vrais Makoto, celui qui a épousé ma nièce ?

Makoto : Oui pourquoi ?

Jirokichi : Je voulais être sur c'était pas Kaito Kid déguisé en toi... Car dés que j'apparais dans un épisode, ce con est là, je pourrais pas être tranquille au moins une fois.

Makoto décida de se taire et il regarda la porte face à lui.
Derrière celle ci dans le cabinet, Tomoaki était en proie à deux membres des hommes en noirs qui voulaient le tuer.
Kir, alias Hidemi Hondou une taupe de la CIA, et Bourbon, alias Rei Furuya une taupe de Police Secrète Japonaise.
Les deux avaient enfilé des gants de boxes pour lui péter sa gueule à l'ancienne, ouais c'était con, comme une grosse partie de cette histoire.
Heureusement quelque chose de totalement imprévue sauva la vie du médecin.
Le plafond s'effondra, créant un nuage de fumé et sous les yeux ébahit des trois personnes, quelqu'un apparut.
C'était Roger l’extraterrestre qui semblait être aussi paumé qu'eux.

Roger : J'ai dû louper mes calculs, on est pas au Pentagone, je suppose. Ils ont vraiment de la merde à la CIA.

Cette apparition de ce personnage laissa présagé de ce qu'allait être la prochaine histoire.
En tout cas ce fut une journée ordinaire dans Détective Conan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WAF
Le héros des survivants
Le héros des survivants


Messages : 1375
Points : 1379
Réputation : 0
Date d'inscription : 03/05/2013

MessageSujet: Re: Paf le chien   Lun 24 Aoû - 22:58

POV 3ème Personne

Stan Smith se réveilla comme à son habitude dans sa maison qui se trouvait au 43 Cherry Street de la paisible ville de Langley Falls, il y vit avec sa femme Francine, son fils Steve, sa fille Hayley, Roger un alien venant de la Zone 51 et Klaus un skieur allemand dont l'esprit a été transféré dans le corps d'un poisson rouge. Enfin ça c'est le topos, en vrais... Voici une journée ordinaire dans American Dad.

POV Stan

Mes yeux se rouvrirent pleins d'espoirs sur le plafond dont les bref rayons de soleils l'éclairait du lueur rougeoyante.
J'entendis le générique commençait et je me levais d'un bond du lit pour atterrir droit sur mes pattes et en slip sur le sol de la chambre avant de bouger mes mains de façons théâtrales.

Moi : Good Morning USA !

Francine : Stan... Il est 5 heure du mat, pourquoi tu fais toujours ça quand tu te lève ?

Moi : Ça me donne du punch.

Francine : Si tu veux du punch, vas voir Roger, il est de retour et à rouvert un bar au grenier.

Moi : Très bien, à plus tard !

Mes paroles ne furent même pas entendus car elle s'était rendormi très rapidement.
Quand à moi, j'écoutais les conseils de ma blonde préféré et je montais l'escalier jusqu'au grenier pour débouler au "Moulin Rose", le 30ème bar que Roger avait ouvert dans cet endroit, c'est fous, il se fait chier autans ? Hum bref, il n'y avait qu'un client, une personne jaune mais qui ne semblait pas asiatique.
C'est pas courant ce genre de personnes.
Le barman, Roger (Suivez les gars), nettoyait un verre dans sa main avec un chiffon et je décidais de me poser sur un tabouret pour le saluer.

Roger : Qu'est ce que je te sers Stan ?

Moi : Un Sherry.

Roger : OK ce sera une Vodka.

Moi : T'étais passé où ? Ça fait un mois qu'on ne t'as plus vu.

Roger : Avec un de mes déguisement, j'avais un poste à la CIA et on m'a demandé de tester un téléporteur pour me rendre au Pentagone. Je me suis retrouvé comme une buse 100 mètre au dessus du quartier Beika de Tokyo. Heureusement que j'ai les os solides mais il y avaient trois témoins indésirables et j'ai du les faire taire à ma façon, m'enfin bref j'ai pris l'identité de l'un d'eux, un médecin du nom de Tomoaki Araide. C'est sympa j'ai pus faire la connaissance du célèbre Kogoro Endormi lors de son enterrement, ainsi que l’exécution de sa fille, c'était génial, j'ai jeté des roses au bourreau. Après ça il y avait un mariage entre le Grand Détective Shinichi Kudo et un canon de beauté, Shiho Miyano qu'elle s'appelait. Tu me connais, j'ai piqué tout le fric aux parents de ce riche et j'ai kidnappé sa gonzesse avant de réussir à me téléporter ici avec elle. Je l'ai enchaîné dans la cave car j'ai prévu des expériences avec de la soude et un ballon gonflable ce soir. Dis tu m'écoute ?

Moi : Désoler, j'ai arrêté de suivre quand tu as dis que tu avais un poste à la CIA.

Roger : Enfin bref, tiens voila ton verre de champagne, j'ai un autre client à servir.

L'alien alla voir l'autre type qui avait un tee shirt avec marqué "Moi c'est Homer" écrit dessus.

Roger : Calmez vous mon brave, vous êtes à votre 54ème verre.

Homer : Encore une Duff !

Roger : OK mais ce sera 750$ là maintenant.

Homer : OK, je ne crois pas me faire entuber.

Il lui donna l'argent et le barman lui servit ce qu'il avait demandé.
Il revint finalement me voir après que j'ai finis de boire le contenu de mon verre.

Moi : Il était bon ce Brandy.

Roger : Ouais bon Stan, tu ferais mieux de partir, dans 5 minutes, il y la DGSE qui va débouler ici pour me buter.

Moi : Les fédéraux français ?

Roger : Ouais, j'ai fais des connerie quand j'étais François Bourletrou, bon allez à plus.

Sans rouspéter, je m’exécutai et m'en allais tandis que le Homer se faisait pousser avec un balais hors du bar.
J'étais content d'avoir pu lui reparler, c'est pas qu'il me manquait un peu mais il m'avait un peu manqué durant son absence même si j'allais jamais l'admettre ouvertement, j'ai une réputation à tenir.
Sans m'en rendre compte, je venais de descendre les escaliers menant au salon du rez de chaussé où Klaus se trouvait dans son bocal sur le canapé à regarder "Mein Kinder II" un superbe film de Rumen Archlinger qui parle de.... Hé bein je sais pas mais d'après le poisson c'était un superbe film.
Comme j'avais une petite soif et que le frigo s'était enfuis la veille, je dû aller me chercher une bière dans la cave.
J'y allumais la lumière et descendis les petites marche pour prendre une bière sur le tas.
Mais je remarquais alors des seins près de la bière, et bien tôt je remarquais un corps, enfin plutôt quelqu'un attaché contre la machine à lavé.
C'était une jeune femme qui semblait métissée car elle avait un coté asiatique, elle était réveillé et me fixait avec un regard noir mais ne parlait pas car elle avait la bouche ballonnée.
Je crois que c'est cette Miyo Shihano ou un truc du genre dont Roger parlait dans son historie que j'ai écouté à moitié.
Je décidais de lui enlever l'objet l'empêcher d’émettre un son et immédiatement elle me cria dessus.

Shiho : Vous êtes cinglés !? Vous devez être un ami à l'autre fous qui m'a enfermé ici !?

Moi : C'est juste un coloc.

Shiho : D'ac...

Elle sembla se calmer mais ne laissa transparaître aucune émotion, ça me fit esquisser un sourire, il nous faudrait ce genre de personne au boulot.

Shiho : Vous pouvez me détacher s'il vous plait, cet endroit m'est inconfortable.

Moi : Bien sur.

Je lui défais ses liens et sortis un pistolet de mon slip pour le lui donner.

Moi : Mieux être protégé vu votre habillement.

Shiho : Merci, je me souviendrais toujours de vous...

Moi : Smith, Stan Smith.

Des lunettes de soleils sortirent de mes cheveux pour se poser à leur place.
La fille me salua à la façon japotruc et elle se barra en courant d'une démarche de mercenaire sanglant.
Je pus enfin remonter et m'installer sur le canapé en changeant de chaîne et buvant ma boisson sans prêter attention à ce qui se passer aux alentours.
Mais si les nombreux coups de feux provenant d'en haut et les corps d'agents français qui volaient devant moi manquaient de me distraire à mainte reprise.
Bref à la téloche c'était l'heure du journal et là un journaliste interviewait un certain Maxime Moulin qui s'était fait arnaqué en achetant des chaussures invisibles à 70 000 dollars.

Journaliste : Et vous savez le nom de la personne qui vous a escroqué ?

Maxime : Ouais il s'appel Marguerite et c'est le mec juste là.

Marguerite : Quoi !? Non c'est faux !

Eddie : Lieutenant Eddie Thacker, veuillez me suivre au poste.

La caméra repasse sur les deux présentateurs du journal qui ne sont autre que mes voisins, Terry Bates et Greg Corbin.

Greg : C'est sur, c'est une vrais arnaque.

Terry : Non une vrais arnaque, c'est quand l'autre fois tu m'as promis de m'envoyer au 7ème ciel.

Greg : On a déjà dit qu'on en reparlerait plus.

Terry : C'est toi qui l'a dis, on verra ça à la maison.

A ce moment là un cadavre traversa la TV, ce qui me fit grogner.
Roger a intérêt à me la réparer !
Je regardais l'heure et je vis qu'il était temps que je parte au travail et en même pas 3 secondes me voila dans ma voiture a attendre que le volet soit entièrement ouvert pour faire marche arrière et m'en aller vers le bureau.
Une demi heure plus tard, je me retrouvais à entrer dans la QG de la CIA où je travaillais, j’adorais ce boulot car il me permettait de protéger le pays qui m'était cher, les Etats Unis d’Amériques.
Immédiatement je me rendis à la machine à café de l'étage où se trouvait mon bureau et j'y trouvais mes collègues et amis Jackson, Dick Reynolds et Reginald Koala, qu'est ce que j'aimerais être dans le corps d'un Koala moi aussi.
Ils me saluèrent amicalement même si je voyais qu'ils me regardaient un peu bizarrement mais je ne savais pas pourquoi.

Jackson : Alors Stan, comment va la famille ?

Moi : Ça va, ça vient, l'homme qui vit dans notre grenier est revenu. Et vous ?

Dick : Sheila m'espionne et me fait du chantage, tout ça parce que j'ai dealé de la drogue avec des dauphins du 36ème.

Reginald : Tu sais Stan, tu le cache tellement mal que l'on sait depuis 5 saisons que l'homme qui vit dans ton grenier est l'alien que t'as aidé à s'échapper. Mais t'inquiète on ne dira rien à Bullock.

Jackson : D'ailleurs ce dernier veut te voir pour une promotion.

Moi : Chouette !

Et immédiatement je sprintais vers le bureau de mon patron à grand pas en poussant hors de ma route Eric qui venait de sortir du dit bureau.
Et me voila devant Avery Bullock, assit sur une chaise devant son bureau.
Mais sa réaction ne fut pas celle que je voulais, il me regarda bouche bée avant de se mettre vraiment en colère.

Avery : Smith ! Mais qu'est ce que vous foutez en slip dans mon bureau !?

Ce fut à mon tour d'être ébahit.
Oh non ne me dite pas que...
Je baissais les yeux pour voir qu'en effet, j'avais pas prit mon costume, ce qui me fit prendre peur.

Avery : Vous êtes renvoyés !

Moi : NOOOOOONNNNNNN !!!!

Et ma tête explosa, oui je fais l'hypertension.

POV Hayley

Ah la la la, je m'en rappellerais longtemps de ce jour qui semblait ordinaire au premier abord.
Comme d'habitude, au premier rayon de soleil, je m'étais rendu très rapidement au van de mon petit copain, Jeff Fischer, pour lui faire l'amour.
Et tout se passait bien, je l'avais branlé, fais une fellation et il m'avait fait un cunnilingus.
Nos vêtements traînaient par terre et l'odeur de la beuh ambiante nous avait exténué et il voulait finir en me doigtant.
Et comment dire.... C'est gênant.
Il avait coincé son bras entier dans mon clitoris, ouais je sais j'ai battu de record du monde du plus gros clitoris, vous ne voudriez pas savoir ce qui s'y cache.
Il essayait de forcer pour sortir mais n'y arrivait pas et s'était très gênant alors je l'encourageais.
Moi : Allez Jeff, tu peux y arriver, allez !

Jeff : J'essais ! Ah je tiens quelque chose !

Il réussit finalement à décoincer son bras et sortit de ma chatte le Père Donovan qui ne fut même pas surprit de se voir sortir de cet endroit et qui enleva le liquide sur ses vêtements.

Donovan : Enfin, ça fait 4 saison que je suis coincé à l'intérieur quand tout le monde pensait que j'étais mort. Où est l'antéchrist ?

Moi : Longue histoire.

Il nous salua alors et quitta le van tandis qu'au même moment Roger entrer en trombe sans costume et referma la porte derrière lui.
Il semblait affolé, ce qui nous étonna moi et mon hippie préféré.

Moi : Qu'est ce qui se passe !?

Roger : Hum, combat dantesque contre les fédéraux français, une salope aux cheveux fraises m'a volé mon costume et la CIA vient de rappliquer pour succéder aux autres emmerdeurs qui ont battu en retraite.

Jeff : C'est le caca en gros.

Roger : Complètement alors rhabillez vous, je prends le volant.

Une voix se fit entendre alors de l'extérieur, je reconnus que c'était celle d'un collègue de papa, enfin un rival plutôt.

Duper : Rendez vous, vous êtes cernés.

Roger : Niquez vos mères bande de dégénérés !

L'extra-terrestre voulut démarrer le moteur avant de se rendre compte qu'il n'y avait plus d'essence.

Roger : Hé merde !

Il tapa sa tête le volant, ce qui fit exploser le van sans aucune raison apparente.
Je peux vous laisser deviner qui nous fumes tous désintégrer dans l'explosion sous la satisfaction des agents postés dehors qui en profitèrent pour faire un petit barbecue.

POV Steve

L'heure de l'interclasse avait sonné, il était 9 heures environs et j'étais au Lycée Pearl Bailey à naviguer dans les couloirs avec mes amis Schmuely Lonstein, Barry Robinson et Toshi Yoshida.
J'avais reçu un texto de Klaus disant que ma sœur et mon père étaient morts mais je ne le croyais pas alors je lui disais d'aller se faire foutre et je continuais la conversation avec mes amies.

Snot : Steve, les rumeurs disent que tu as réussis a trouver comment pécho instantanément une gonzesse, tu peu nous montrer.

Barry : Oh des gonzesses, ça doit être cool.

Toshi : Cet imbécile ne pourra jamais me battre.

Steve : Calmez vous les gars, laissez faire le spécialiste.

Je m'avançais alors vers la première fille que je croisais qui était entrain de fouiller son casier, c'était Lisa Silver, elle sembla surprise de me voir arriver.

Lisa : Qu'est ce que tu me veux Steve ?

Steve : Puis je voir ton vagin, déesse ?

Lisa : Bien sur !

Elle souleva sa jupe sous mes yeux frémissant, révélant qu'elle n'avait pas de culotte, ce qui surprit tout le monde dans les environs.
Puis elle rabaissa son uniforme et partit comme si de rien n'était.

Steve : Et vous n'avez encore rien vu les gars.

Arriva alors Debbie Hyman, je l'accostais sans prévenir en faisant frémir mes lunettes.

Steve : Debbie, pourrais tu tuer Vince Chung s'il te plait, déesse ?

Debbie : Bien sur !

Elle sortit un couteau de combat de sa poche et sauta au cou de la cible avant de la planter comme un vulgaire rat.
Après qu'il soit décédé de sa blessure, elle repartit comme si de rien n'était.
Ch'uis trop content que ça marche !
Et maintenant le coup de spectacle, Akiko, la sœur de Tochi, arriva pour me parler amicalement, ce qui déplus à son frère aîné.

Akiko : Salut Steve, ça te dirait d'aller cinéma avec moi ce soir pour voir "Rambo XIII, la Maison de Retraite" ?

Steve : Ce serait un plaisir mais d'abord faisons l'amour ici, déesse.

Akiko : Bien sur !

A la vitesse du ninja, elle ôta ses vêtements pour se retrouver dénuder, ce qui fit rougir de colère son frère qui était en fureur.
Je me précipitais sur elle et nous commencions notre long baiser entre amoureux.
Le Principal Brian Lewis arriva au même moment pour parler à mes potes.

Brian : C'est moi qui lui ait apprit cette vieille technique ancestrale de ma famille.

Snot : Mais bordel de pourquoi vous êtes en slip monsieur ?

Brian : Il fait un peu chaud vous ne trouvez pas ?

Barry : C'est Tochi qui a chaud, il est rouge comme une tomate.

Justement je ne remarquais pas que mon ami japonais était en tenue de samouraï et qu'il avait dégainé son katana.
Je vous laisse deviner la suite.
Avant d'avoir pu dire "Pute", je me retrouvais sans tête et Akiko tomba dans les pommes après avoir pousser un fort hurlement.
La vengeance était un plat qui allait se manger au paradis.

POV Francine

Je me promenais dans le centre commercial de la ville car il fallait que je fasse les courses pour le dîner de ce soir.
Il était 10H quand j'arrivais au rayon charcuterie de "Chez Piglouf" où je vis une scène assez excitante.
Je voyais les Memari, mon couple iranien préféré, entrain de baiser sur le sol alors qu'un ado avec de l’acné était entrain de passer la serpillière à coté d'eux.
Linda était en sous vêtement, ses habits traînant sur le sol, alors que Bob était encore entièrement habillé et semblait mal à l'aise.
Ils arrêtèrent net en remarquant ma présence et ils se levèrent d'un bond en se sentant gêner.

Linda : Ah France !

Bob : Juste pour dire Linda, j'avais dis Schweppes, pas sexe, mais bon je suis quand même content.

Linda : Pardon, j'ai oublié d’enlever mes boules quiès.

Francine : Non c'est bon, continuez, je ne faisais juste que passer.

Sans chercher plus loin, je m'en allais en vitesse mais sans faire attention, je percutais quelqu'un avec mon cadis.
Ce n'était autre que la célèbre actrice Megan Fox, je n'en croyais pas mes yeux.
C'est Megan Fox, oh mon dieu ! Elle a prit du cul depuis Ninja Turtles ou bien je rêve ?
Je l'aidais à se relever avant de présenter mes excuses.

Francine : Pardon, je ne vous avais pas vu !

Megan : ce n'est rien, j'ai l'habitude de me faire défoncer par n'importe quoi.

Francine : Que faite vous dans notre charmante ville ?

Megan : Oh rien de bien intéressant... J'essais juste d'échappé à un dangereux psychopathe qui m'a prit pour cible.

Tout à coup, les lumières grésillèrent mystérieusement et je remarquais quelqu'un apparaître à l'autre bout de la rangée.
C'était un drôle de type portant une tenue de mineur et qui tenait avec ses deux mains sa grosse pioche, il commença à s'avancer vers nous calmement.
Mais l'actrice elle n'était pas calme, elle commença à paniquer.

Megan : C'est lui ! C'est Harry Warden !

Elle se barra alors en courant après avoir sauté dans son super cadis qui s'envola et traversa le plafond.
Quand à moi, je restais de marbre face à l'autre type.

Francine : Si tu veux me tuer, fais la maintenant pédale !

Il m’écouta fort heureusement et me lança son arme dans ma gueule.
Et ça ne loupa pas et je pus dire adieu à ma vie après ça.
Et c'est ainsi que je rejoignis le reste de ma famille dans l'au de là.

POV 3ème Personne

Dans un autre Etat, une belle Chevrolet SSR voulait à fond les ballons sous une belle nuit de pleine lune alors qu'un intense brouillard commença à apparaître.
Au volant de l'appareil, la père de Stan, Jack Smith qui venait de s'évader une nouvelle fois de sa prison et qui était content d'être à nouveau libre.

Jack : Je les ais tous niquer.

Soudainement Roger apparus sur la siège d'à coté avec une perruque blonde.

Roger : Good Morning USA !

Jack : AAAAAHHHHHH !!!!

La pilote tourna la volant d'un coup sur le droite et la voiture se crasha contre une pancarte.
Sur celle ci était marqué "Welcome to Silent Hill".
Mine de rien Roger l'avait empêché in extremis de foncer tout droit en Enfer...
En tout cas ce fut une journée ordinaire dans American Dad.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WAF
Le héros des survivants
Le héros des survivants


Messages : 1375
Points : 1379
Réputation : 0
Date d'inscription : 03/05/2013

MessageSujet: Re: Paf le chien   Sam 29 Aoû - 20:53

POV 3ème Personne

Harry Mason se réveilla dans le Neely's Bar, un bar se trouvant dans le South Vale, un quartier de la Ville du nom de Silent Hill. Très connu pour le Lac Toluca qui se trouve au centre de la ville, ainsi que pour les étranges disparitions ayant lieues chaque années et surtout pour l'Ordre, un culte religieux ayant eu un grand rôle dans le passé de cette ville. Enfin ça c'est le topos, en vrais... Voici une journée ordinaire dans Silent Hill.

POV Harry

J'ai la tête dans le cul !
C'est à ce dont je pensais en me réveillant à 3 heures du mat dans le bar le plus connu de la ville, à coté de mon pote James Sunderland qui continuait de boire comme un trou en rigolant avec une certaine Eileen Galvin qui elle aussi était complètement cuite.
Heureusement que ma femme est morte, si elle me voyait comme ça.

Finalement mon vieil ami se tourna vers moi et remarqua mon réveil avant de me foutre une tape amical dans le dos.

James : Hé bien t'es réveillé mon pote !?

Moi : Non je dors....

James : Allez rebois un coup !

Eileen : Si mon mec Henry me voyait comme ça, il me sauterait c'est sur, allez les gars, sautez moi !

Les gros loubards du bar arrivèrent d'un air menaçant et commencèrent à s’amuser à jouer à saute mouton au dessus de la fille.
Mais bon je m’inquiétais à un peu pour James, alors je ravalais mon vomis et pris la parole.

Moi : Si ta femme et voyait comme ça.

James : Oh Mary, je l'ai tué, ah ah ! Elle pourra plus rien dire vue qu'elle ait dans le coffre de ma voiture, j'ai d'ailleurs prévu de me jeter de l'observatoire dans le lac après ça !

Moi : Ah ah ! Enfin bref Cheryl... Enfin Heather plutôt a encore fugué hier, la dernière fois j'ai dû aller à Tokyo pour la retrouver, elle est chiante cette fille.

Heather : Papa !

Mon cœur sauta un battement à la vue de ce son, je tombais de mon tabouret et vis en m'étalant par terre, ma fille à l'entré du bar.

Moi : Cheryl, désoler, je parlais de cette meuf là !

Je pointais du doigt Carol Pendleton, et ça, ça énervait son mari présent à ses cotés, Murphy, qui se leva et ma chopa par le col avant de me lever de force.

Murphy : Qu'est ce que t'as dis connard !?

Moi : Je disais que vous aviez de belles chaussures.

Murphy : Oh merci, c'est vrais je les ais acheté hier, venez je vais vous présenter ma femme.

Heather : Tu n'es plus mon père, exprès je vais coucher avec George Sewell !

Moi : Non tout sauf ça !

Mais elle partit sans même me tourner un regard, j'étais triste, mais je ne me doutais pas que c'était la dernière fois que j'allais voir ma fille....

POV Heather

Je courais comme une folle, les larmes coulant de mes joues, j'étais vraiment triste.
Comment peux tu faire ça papa !? Maman si elle le pouvait, se tuerait une deuxième fois !
J'entendis alors une sirène résonner dans les environs, c'était celle qui annonçait un danger pour la population, mais je ne m'en préoccupais pas.
Surtout qu'il faisait nuit et qu'avec le brouillard, je ne pouvais pas voir à plus de 5 mètres devant moi donc je ne savais pas où j'allais.
J'étais juste entrain de courir au milieu de la route en me bouchant les oreilles car le son se faisait de plus en plus fort et ne voulait pas s'arrêter.
Une lumière blanche m'aveugla soudainement et je me stoppai net dans ma course.
Crissement de pneu, choc et mon corps tomba sur le sol, un liquide coulant de ma tête.
J'entendis une portière s'ouvrir et vit une silhouette étrangement familière s'approcher de moi.
Le conducteur du camion qui venait de me percuter m'appela par mon nom et je reconnu son timbre, c'était Travis Grady, un vieil ami de mon père.

Travis : Merde, elle va crever, je dois ma la faire avant qu'elle meurt !

Homme 1 : Hé non je l'ai vu le premier !

Femme : Non moi la première !

Homme 2 : Moi, je préfère attendre qu'elle soit morte, hé hé hé !

A ce moment là, je sombrais dans l'inconscience alors que ce n'était absolument pas le moment pour ça, mais j'allais surement mourir, donc il n'y avait rien à faire.
Mais le destin en avait décidé autrement.
Je commençais à revenir à moi, ressentir la vie revenir en moi.
Mais c'était impossible, je devais être morte ou dans une chambre d’hôpital.
Mais en ouvrant les yeux, je constatais avec frayeur que j'étais dans une chambre de motel, je reconnais lequel d'ailleurs, le Jacks Inn.
J'y étais déjà venue à une époque avec Douglas Cartland, je me demande comment il va le vieux dessus d'ailleurs.
Qu'est ce que je fous dans ce motel ? C'est quoi ce bruit ?
J'entendis du bruit venir de la salle de bain alors je décidais de prendre la lampe de chevet pour m'en servir comme arme.
Finalement un homme en sortit, en slip, et semblait un peu content de me voir réveillée, il me fit alors signe avec ses mains de baisser mon arme.

Maxime : Hé moi c'est Maxime Moulin, calmez vous. Vous devriez me remercier, je vous ais sauvé de ces cons qui voulaient vous violer et je vous ais emmené ici vue que je suis que de passage dans le coin, je ne vais pas vous...

Moi : Ne vous approchez pas pervers !

Maxime : Oh mais si je suis en slip, c'est déjà c'est ma chambre que j'ai loué et puis fais chaud, et puis aussi....

Je lui lançais ma lampe dans sa gueule et je me précipitais vers la sortie, heureusement ce n'était pas fermé à clé.
Et malgré ses supplications, je quittais la chambre et je courus le plus loin possible de cet homme avec un fort accent français pour me retrouver finalement sur la route en face du motel et du parc Rosewater se trouvant à coté.
Je repris mon souffle tandis que mon esprit revenait de plus en plus durement dans la réalité.
Je constatais que tout était calme, aucun signe de vie alors que d'habitude à cette heure ci, c'est bondé de monde.
Le brouillard était aussi anormalement élevé et il neigeait malgré qu'on soit en été, tout me revint alors en mémoire.
Le voyage de mon père à Silent Hill avec Cybil Bennett, la flicarde de Brahms. Ainsi que mon voyage à moi dans cette ville pour venger mon papounet alors qu'en faite il avait juste fait un coma éthylique en renverser du sang de porc sur lui, me faisant croire qui s'était fait tuer par Claudia le clodos.
Je savais donc ce que ça signifiait, tout recommençait une nouvelle fois.
Mais pourquoi ? Pourquoi maintenant ?

??? : C'est la dure loi de la ville.

Cette voix me fit sortir de mes pensées et je me retournais pour faire face à un drôle de facteur.
Je rêve ou ce type vient de lire dans mes pensées ?

Howard : Ce type a un nom et c'est... Ah merde la vieillesse... Ah oui Howard Blackwood.

Moi : Pourquoi tout ça recommence !?

Howard : Je ne suis pas celui qui donne les réponses mais les indices.

Moi : Oh non tu vas pas faire ton vieux maître shaolin !?

Howard : Pour savoir quel sera son chemin, faut déjà savoir le tracer avec ciseaux, pointu en plus ! Et quand tu détourneras le regard, je disparaîtrais comme par magie.

Moi : Hein ?

Je détournais en effet mes yeux de lui très brièvement avant d'entendre un cri et de voir qu'il avait disparu du dernier endroit où il se trouvait.
C'est alors que je remarquais un précipice en plein milieu de la route devant moi qui semblait allait plus loin que les abysses.
C'était pas compliqué de savoir que le vieux était tombé dans ce trou comme un con d'où le cri que j'ai entendu.
Mais je ne pouvais pas être tranquille une seule seconde, je remarquais que la radio que j'avais toujours sur moi se mettait à grésillé, je savais ce que ça annonçait.
Voila les monstres.
Et en effet je vis... Des créatures humanoïdes en forme de bâtonnet glacé arriver vers moi sur des skateboards en criant "Trololololo" et portant une casquette Mickey Mouse.
Attends mais la ville ne sait plus quoi inventé comme ennemi me symbolisant.
Ils me tirèrent des rayons lazers dessus à part le gros malabar en ski qui avait un gros canon à plasma.
Heureusement je pressais les touches "A-B-Y-X-X-Start-Back-Oualouf" pour faire apparaître mon costume de Princesse Earth et je pus tirer des jolies effets de lumières sur mes méchants pas beaux, les transformant en choux fleur.
Et une fois qu'ils n'étaient tous plus qu'un tas de verdure, j'entrais le code triche pour me retrouver habiller comme la Princesse Peach.
J'avais encore du mal à réaliser tout ce qui venait de se passer que la suite s’enchaîna devant moi.
Un humvee arriva à toute allure vers moi mais freina à la seconde près et s'arrêta à moins d'un centimètre de moi.
J'ai eu chaud, ma culotte est toute trempée.
Un bel homme quitta le véhicule, l'air un peu inquiet d'avoir failli heurter une jolie jeune femme comme moi.

Homme : Vous allez bien ?

Moi : Oui oui oui c'est bon.

Alex : Moi c'est Alex Shepard.

Moi : Heather Mason.

Alex : J'étais entrain de me rendre vers ma ville natale, Glen Shepard en passant par cette ville. Je peux vous déposer quelque part si vous voulez bien entendu.

Moi : Oh tant que vous m'emmenez loin de cette ville, ça me va.

Alex : Bien entendu, allez montez.

Et sans trop rechigné, je montais dans son véhicule et lui reprit la volant.
Il ne fallut pas attendre longtemps après le début de notre escale pour que je sombre à nouveau vers le sommeil mais je ne sais pas pourquoi, je sentais que c'était louche tout ça.

POV Alex

Ah Los Angeles ! J'y allais souvent avec Elle (C'est son nom) C'était avant sa mort... Mais maintenant j'ai cette Heather avec moi, là sur le lit, elle est belle quand elle dort.
Je lui avais administré un sédatif et emmené dans cette ville qui me rappelait des souvenirs.
Nous nous trouvions dans l'appartement où autrefois je vivais avec ma petite ami, il était quasiment à l'abandon et tant mieux, comme ça pas de visiteurs curieux pour me déranger.
La jeune femme était couché sur le lit et je l'observais, attendant son réveil.
Je l'avais habillé d'une longue robe de sois blanche, on aurait dit un ange qui ne voulait pas se réveiller.
Je m'en approchais lentement comme un chasseur qui ne voulait pas effrayé sa proie, et je l'a vis ouvrir lentement ses yeux puis tenter de reculer d'un coup en me voyant et surtout en remarquant dans quelle position elle se trouvait.
Je posais mes mains sur le lit en le fixant avec mes yeux d'aigles.

Moi : Bien dormi ?

Heather : Espèce de malade mentale ! Libère moi tout de suite avant que je le fasse moi même et que je te tue !

Moi : Oh mais c'est l'heure de s'amuser !

Je m'avançais vers un Radio CD et j'appuyais sur un bouton qui enclencha la musique One More Time des Daft Punk.
Au même moment une sirène retentit en arrière, ce fut le signal pour m’entraîner vers l'autre monde.
Un pyro défonça la porte de ma chambre et commença à répandre des couleurs fantasy un peu partout dans ma chambre avec son arme arc en ciel.
Quand la sirène s'arrêta, ce fut aux Daft Punk eux même d'arriver pour chanter la chanson en vrais devant moi.
Et moi je sortis une carotte de ma tenue hawaïenne en sifflotant "Et quand il pète il trou son slip".
Mais ce que je ne vis pas c'est que ma proie avait réussit à dénouer ses liens en réglisse et elle me balança une lampe de chevet en nougat sur ma gueule avant de sauter hors de lit en fraise pour sortir de l'appart très rapidement.

Moi : Salope !

Je me lançais immédiatement à sa poursuite, une fois hors de chez moi, je suivais sa trace en descendais les escaliers fait en chocolat noir.
Après une longue descente, je réussis à le retrouver en la voyant quitter par la sortie de secours donnant sur une belle ruelle avec les murs en chocolat blanc et le sol en chocolat au lait.
Elle voulait fuir mais j'étais plus rapide qu'elle, elle ne pouvait pas s'enfuir.
Et c'est en arrivant dans une sorte de cour qu'elle trébucha et alors qu'elle se relevait, je la pris de force et lui planta ma carotte dans le dos.
Elle hurla à plein poumon tandis qu'un coulis de cerise s'échappa de sa plaie.
Et je la poignardais encore et encore, 7 coups au total, elle était déjà morte au 3ème.
J'étais un peu triste au fond de moi même d'avoir été obligé d'en venir à ça, je l'a voulais vivante pour toujours avec moi mais maintenant elle sera juste morte, mais bon pas grave.
Je lâchais la carotte qui était rogue maintenant et je passais mes mains sur mon visage en soupirant.
Etant en pleine concentration, j'entendis des bruits de pas et je dégainais la banane dans mon holster pour braquer vers l'une des 4 sorties de la cour.
Je vis un homme d'age moyen arriver, je le reconnus, je l'avais vu à la TV? c'était le père de ma victime.

Harry : Cheryl ? Heather !? Non !!! Pourquoi !??? POURQUOI !!!!?????

Moi : Vous allez la rejoindre mon cher.

Mais juste avant de tirer, une pastèque heurta mon bras, me faisant lâcher l'arme.
Je tournais la tête vers un jeune homme qui me visait avec sa montre pissenlit, sa tête me disait quelque chose.

Moi : Mais vous ne serez pas.....

Shinichi : Kudo Shinichi, meitantei.

Et après un petit "pchit", je sombrais dans les bras de Morphée.

POV Harry

Je n'en croyais pas mes yeux, tout mon corps se retrouva lourd, terriblement lourd.
Je ne prêtais plus attention à tout ce qui se passait aux alentours, je m'approchais juste de la dépouille de ma fille.
Tombant à genou devant elle, je l'a pris dans mes bras alors qu'un torrent de larme coulant le long de ma joue pour finir sur son visage.
Je regrettais cette nuit au bar, tout le mal que je lui avais fais la dernière fois qu'on s'était vu.
Je ne me serais pas doutais que se serait la dernière fois que je verrais ma fille.... Vivante....

POV 3ème Personne

En tout cas ce fut une journée ordinaire dans Silent Hill.


Dernière édition par WAF le Ven 4 Sep - 18:47, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WAF
Le héros des survivants
Le héros des survivants


Messages : 1375
Points : 1379
Réputation : 0
Date d'inscription : 03/05/2013

MessageSujet: Re: Paf le chien   Dim 30 Aoû - 17:38

POV 3ème Personne

Vous connaissez déjà le topos... Voici une nouvelle journée ordinaire dans Détective Conan et cette enquête à pour titre "Meurtre dans un chalet avec un kimono blanc alors qu'il fait -12 dehors et qu'il neige car c'est l'hivers et durant cette période il faut sortir couvert pas comme ma grand mère Charline Stéroïde !".

POV Meurtrier

J'étais devant la porte de l'appartement de Mr Yusaikizo car j'avais prévu d'entrer par effraction et de le tuer.
Mais pour faire cela, je devais d'abord rentrer chez lui.
Tiens, je sais comment faire.
Je pressais la sonnette mais rien ne se passa, je décidais ensuite de toquer 3 fois avant de me rendre compte que je faisais n'importe quoi.
Un voisin arriva alors, c'était un jeune homme blond ce qui est étonnant puisqu'on est au Japon à Osaka.
Il me regarda avec attention, se demandant qui j'étais et ce que je foutais là.

Moi : Faites pas attention à moi, je suis juste un plombier qui a égaré sa route.

Voisin : Alors tenez, voici le double des clés de cet appartement.

Et il me lança la bonne clé avant de repartir en sifflotant l'hymne nationale de notre pays.
J'étais content ça allait être plus facile que prévu, j'insérais alors la clé dans la serrure et l'ouvrit.
J'entendis alors un mécanisme s'enclencher et je vis une autre porte avec une minuteur indiquant 10 secondes.
Oh putain de bordel de merde !
Immédiatement en voyant le peu de temps me restant, je sautais sur ma gauche en me bouchant les oreilles une fois sur le sol.
La porte explosa mais le souffle de l'explosion de me toucha pas et maintenant je pouvais entrer dans l'appart sans problème.
C'est ce que je fis après m'être relevé, mais une fois dedans, je refermais la 3ème porte d'entré silencieusement pour ne pas réveiller le proprio.
Me voila donc dans le couloir d'entrer à marcher délicatement sur la pointe des pieds pour ne pas faire de bruit... Mais comme c'était pas ma journée je marchais évidemment sur une chips qui traînait par terre.

Moi : Hé putain, qui a foutu cette chips là, merde !

M'enfin bon, je repris assez vite mes esprits et j'allumais la lumière pour mieux y voir et je remarquais que j'étais arrivé au salon.
La chambre à coucher de trouvait au fond à droit, je commençais à m'y rendre quand quelque chose se frotta à mes jambes.
Je vis que c'était un petit chat noir qui demandait des caresses.
Et je lui répondis en le shootant avec mes rangers, le faisant traverser la fenêtre avec un miaulement rauque.

Voix Off 1 : Oh putain, tu fais super bien le chat !

Voix Off 2 (En Rigolant) : Merci.

Suite à cela, je me dirigeais vers la chambre et je défonçais la porte à coup d'épaule avant de dégainer mon gros revolver magnum et braquer instantanément la personne se trouvant dans le lit.
Mais ce n'était pas ma cible.
C'est quoi ça !?
C'était le Grand Méchant Loup habillé en chaperon rouge et entrain de lire un magazine "Playboy" qui me regarda d'un air désintéressé.

Loup : Ben quoi ?

Moi : Where is Mister Yusaikizo !?

Loup : Aux chiottes !

J'entendis justement le bruit de la chasse d'eau retentit et une lumière venant des WC éclairer les environs.
Une silhouette apparut bientôt bientôt sur le pas de la porte.
C'était un homme aveugle avec des lunettes noir et un bâton pour se repérer.
Il l'agitait dans tous les sens et fit tout tomber avant de prendre la parole alors qu'il était à 2 mètres de moi.

Yusakizo : Chérie, c'est moi !

Moi : Je viens vous tuer !

Yusakizo : Quoi !? Moi !? Mais je suis juste Mr Yusakizo !

Norman : Faux, c'est le meurtrier, Mr Yusakizo !

Moi : Hé oui, alors Vermouth !?

Vermouth : Tu m'as eu.

La femme possédant une jeunesse éternel enleva son masque en latex puis me braqua avec ses yeux.

Moi : Tu as en perds ta moumoute, ma Vermouth !

Je sortis mon couteau avec une vitesse vertigineuse et lui planta la lame dans son front.

Vermouth : Ah non, je suis morte !

Elle tomba en arrière, morte.... Enfin c'est ce que je croyais car 5 secondes plus tard elle se releva comme si de rien n'était.

Vermouth : Je l'ai fais exprès de dire que j'étais morte !

Odieux Connard : C'est quoi ces doublages français à la Nicky Larson ?

Moi : Tu vas m’accompagner en Enfer Vermouth, allez viens viens et n'oublie pas ta bouée.

OC : Diego, ma pelle.

Diego : Le loup l'a mangé.

Loup : Ben quoi !?

Malheureusement la tueuse avait un tour derrière la tête, elle chaussa ses skies et s'enfuit dans le salon avant de sauter par la fenêtre.
Je profitais du bref instant où en tournant sur elle même, elle se retrouva face à moi, pour sortir mon arbalète et lui décocher un carreaux en plein cœur.
Ça la fit se terminer clouer sur le mur du bâtiment voisin et moi je pouvais partir de là où je venais sans laisser de traces, enfin c'est ce que je croyais.

POV Shinichi

Je regardais le corps sur la civière se faire emmener loin d'ici pour être amené chez le légiste tandis que ma clope avait atteint sa fin.
Je laissais tomber le mégot et voulus l'écraser avec mes pompes, mais comme c'était un petit filou, il prit la fuite en me tirant la langue, ce saligot.
Mon regard s'arrêta maintenant sur le père de la victime, Harry Mason, qui se tenait immobile en silence, le pauvre.
Il devrait être à Silent Hill chez lui et pas à Los Angeles à voir sa fille partir loin de lui sans qu'il n'est pu rien faire, je le plain.
Une douce voix vint m'égayer mes sens et me retrouver le sourire.

Shiho : Tu ne pouvais pas savoir ce qui se passait ici à ce moment là, sois content que tu es pu sauver la vie de cet homme même si la fille est morte.

Moi : Tu as raison chérie.

Ma belle fraise à moi posa sa tête sur mon épaule, je pouvais admirer sa longue robe noir qui laissait transparaître sa silhouette mince, j’admirais aussi son maquillage naturel et ses talons hauts qui la rendait bien plus grande que moi. Elle ne portait pas de bijoux, c'était pas son genre et ça ne me dérangeait absolument pas, ni le faite qu'elle ait des petits seins, au moins elle en a.
Mais ma transe fut coupé par des voix familières, en effet cette affaire concernant le célèbre tueur en série Alex Shepard était fédérale, donc concernait le FBI.
Et donc nos amies Jodie Starling, Andre Camel et leur boss James Black, arrivèrent pour nous saluer joyeusement.

Jodie : Thanks Cool Kids for nous avoir débarrasser de ce bad guy.

Andre : Yep.

James : Le reste nous concerne, vous pouvez rentrez chez vous maintenant, et saluez vos parents de notre part.

Moi : Ouais ouais, enfin si j'ai pas la tête ailleurs, parce que si Shiho me fait une pipe sur la rou....

Shiho : Hum, bye !

Et ma femme me tirant par le bras m'emmenant pour m'emmener loin d'ici, elle réussit même à m’entraîner jusqu'à notre domicile où mes parents squatter depuis 2 jours mais ils comptaient repartir que leurs couilles auront des dents qu'ils ont dit, j'ai pas trop comprit mais bon je suis le grand détective de l'Est alors respect !
En parlant de mes parents, hé bien Yusaku et Yukiko nous attendaient sur le canapé, habillées pour une fois, et semblaient vouloir nous parler.
Et malgré mon envie de faire comme si je les avais pas vue, la tigresse à mes cotés en décida autrement et me fit m'asseoir avec elle sur l'autre canapé juste en face.
Je sentais qu'on allait passé une bonne soirée, non sérieusement mes parents semblaient joyeux pour une fois.
Car dernièrement ils étaient un peu remonter contre moi depuis qu'ils ont appris que je faisais l'amour en chaussette, je vois pas le problème !
Bref, voici le dialogue !

Yukiko : Nous avons une bonne nouvelle Shin-chan et Shiho-chan !

Moi : Mouerf !

Shiho (Lui donnant un coup de coude) : Excusez le, Otôsan et Okāsan, Kudo-kun sait se montrer désobligeant quand il est fatigué.

Moi : Ça faisait longtemps que tu ne m'avais plus appelé comme ça, HAIBARA.

Yusaku : Des fois je regrette d'avoir un eu un fils comme ça, il est loin d'être Sherlock, le vrais Sherlock, it's me, mais bon nous voulions te dire quelque chose d'important. Nous avons chercher qui avait bien pu aider ce Roger a kidnappé Shiho et nous avons trouver le coupable.

Moi (Désintéressé) : Et c'est ?

Yukiko : Akemi-san !

Et en effet un rideau fut tiré et une jeune femme aux longs cheveux noir fit son apparition en saluant sa petite sœur qui tremblait de peur.

Shiho : Onēsan !? Mais... Mais... Mais tu étais morte !?

Akemi : On ne me tue pas moi et je me venge toujours tu sais bien, à ton tour !

Shiho : Ma bouée !

Je fus sauvé de cette scène complètement délirante par la sonnerie de mon téléphone portable, c'était Hattori.
Qu'est ce qu'il me veut celui là !?
Je décrochais et répondit d'un ton agacé.

Moi : Quoi Hattori !?

Heiji : Oh c'était juste pour te dire que je suis sur une nouvelle affaire et comme ça on pouvait faire la transition à moi sans problème.

Moi : Ça tombe bien, j'ai arrêté de suivre l'intrigue, à ton tour.

Et je raccrochais avant de me lever et partir vers ma chambre pour me reposer, j'avais prévu une chaude nuit de sexe plus tard.

POV Heiji

Je reposais tranquillement mon portable dans ma veste de port en tapotant mes jambes et en regardant l'extérieur à travers la vitre de la portière à mon niveau comme si de rien n'était.
Alors je vous résume la situation, il y a eu un meurtre dans l'arrondissement Jōtō-ku de ma ville, Osaka dans la préfecture du même nom. Alors aujourd'hui mon père Heizo voulait absolument m'y accompagnait, et ma mère Shizuka m'a dissuadé de rejeter la proposition et elle est doué pour ça. Mais comme Kazuha voulait absolument m'y accompagner, bein son père Ginshiro est là aussi pour nous surveiller sur le trajet.
Donc la fille est assit à mes cotés, son père juste devant moi et le mien au volant, voila vous savez tout.
Et j'étais un peu agacé et je sentais que pour elle, c'était pareil et elle fut la première à élever la voix.

Kazuha : Papa, pourquoi t'es là, même si c'est juste pour le trajet, tu pourrais nous laisser un peu seul tous les deux non !?

Ginshiro : Jamais, même si je préférais que tu finisse avec Heiji-kun, c'est vraiment parce qu'il n'y a pas mieux dans le coin. Alors je vous laisse pas seul tous les deux !

Moi : Merci du compliment... Et ne vous en faite pas, jamais je finirais avec quelque chose comme elle.

Kazuha : Oi Heiji !

Moi : Et papa, c'est vraiment prudent que tu conduise, tu me fais toujours peur, t'as toujours les yeux fermés, c'est vraiment prudent ?

Heizo : Avec le pouvoir de la force, je peux tout voir sans même regarder, et je peux même conduire dans les mains, regarde !

Oh non le con !
Et hop, le véhicule fonça dans un tremplin et fit un triple tonneau avant de rentrer dans une benne à ordure.
Alors mon père était mort sur le coup et celui de ma pas du tout petite amie avait une jambe coincé dans le pare-choc, quand à moi et "elle", on allait bien.

Ginshiro : C'est trop tard pour moi, fuyez mais prenez mon arme d'abord, juste au cas où.

Moi (En la prenant) : OK merci.

Kazuha : Papa, je promet qu'on va trouver de l'aide et que tu vas t'en sortir.

Il acquiesça de la tête, nous détachions nos ceintures et quittions le véhicule qui amoché mais sur ses pneus.
Nous étions donc coincé dans une immense benne à ordure, impossible de remonter, mais par chance il y avait une porte avec le panneau "Issue de Secours" qui clignotait en vert juste au dessus.
Nous commencions à nous y approcher quand une détonation retentit derrière nous et nous fumes propulser en avant, et je me retrouvais rétamer par terre, couvert de cendre à tousser alors qu'en regardant en arrière, je vis les restes brûlant de la voiture.
Kazuha se releva en vitesse et regardant les flammes danser méchamment devant elle et elle cria "Papa !!!" à plein poumon.
Mais mon attention se fixa sur des bruits de pas et je vis une personne vêtu d'une vieille tunique s'approcher et elle prit lui prit sa main avant de commencer à faire un charabia en français je crois.

Sarah : Je suis Sarah Kyrine, viens sur mon forum, Raccoon City 2025, il y a déjà moi alors on va se marrer mais ne pars pas, non ne par pas, tu dois y aller, on sera bien, pas comme dans cette benne, bouh non, on m'y a enfermer, un certain Stive People et ce Maxime Moulin, d'ailleurs il est revenu tout à l'heure, regardez il est là.

Qu'est ce qu'elle dit !?
Je la vis pointer du doigt un corps au fond de la pièce, une personne qui semblait être morte mais je ne pouvais pas en être sur de là où j'étais.
Je commençais alors à me relever sans faire de bruit en reprenant l'arme que j'ai obtenu plus tôt.

Sarah : Si tu refuse, tu finiras comme lui, n'est cep as !? Mais tu ne ferais pas ça, non, no !? Non !? Hein !? Quoi !?

A ce moment là, la vieille folle, enfin en partant du principe que ce soit une femme car ça ne sautait pas aux yeux, s'écroula par terre car je venais de lui loger une balle dans la caboche.
Immédiatement après ça Kaz me sauta dans les bras et m'embrassa, je l'a laissé faire et j'accentuais le mouvement jusqu'à ce qu'on reprenne notre souffle.

Moi : Bon allons y, on a une enquête a bouclé.

Kazuha : D'accord et on mangera italien ce soir.

Je l'a pris par la main et je défonçais à coup d'épaule, sans froisser ma casquette, pour nous retrouver comme par hasard bein à la scène du crime, dans l'allée où se trouvait la corps de la victime.
D'ailleurs c'est ce que je remarquais en première, la cadavre d'une femme en peignoir portant des ski et cloué au mur avec un carreau au niveau du cœur, plus un couteau planté dans le front.
Je sens que cette affaire va déjà me casser les couilles.
Kazuha me fit alors signe du majeur que l'inspecteur Goro Otaki arrivait vers moi d'un air chaleureux.

Goro : Wesch Heiji, bien ou bien, la famille et tout ça !?

Moi : Ouais ça va alors c'est quoi le topos ?

Goro : Alors la victime s'appelait Chris Vineyard connu aussi comme Vermouth, le tueur l'a buté dans cet appart là haut détenu par un certain Mr Yusaikizo, mais ce dernier dormait au moment du crime, nous avons un témoin pour confirmer ça le Loup, sinon nous avons retrouvé trois paires d'empreintes différentes sur l'arme du crime, l’arbalète, et on a fait venir leurs propriétaires. Nous avons aussi trouvé le dernier message que la victime a envoyé avec son portable. Regarde.

Vermouth : Hé boss, je toute ouverte aujourd'hui, je suis prête pour me faire chevaucher mon minou, grrrr.

Rhum : Vermouth, tu es encore bourré et tu t'es ENCORE gouré de messagerie, et je ne tiens pas à savoir ce que tu fais avec Anokata.


Moi : Intéressant, ou pas, puis je voir les 3 suspects ?

Goro : Bien sur.

Kazuha : Et comme d'hab, je ne servirais à rien, à part me faire agresser par le coupable à la fin.

Je suivais notre bon ami de la police jusqu'à un mur où se trouvaient les 3 suspects avec leur noms qui s'affichaient quand ils apparaissaient à l'image, c'est super bien fait.
Goro me les présenta.

Goro : Le premier dit s'appeler Jean Luc Lemoine, le deuxième Stive People et le dernier Ki'ichiro Numabuchi, je vous les laisse.

Moi : Alors vous le premier, expliquez moi tout.

Jean Luc : Alors déjà c'est Jean Luc, je suis un humoriste français en vacance ici, alors évitez de me poser des problèmes, je me suis fais chier à apprendre le jap, c'est pas pour que je ne sois pas compris... Bref j'ai vus de la lumière alors je suis allé à l'intérieur, j'ai ensuite trouver cette arbalète par terre, je l'ai prise et reposer en me disant que j'avais rien à faire là, voila c'est tout.

Moi : Je vous crois, c'est pas le coupable. A vous monsieur People, ce nom me dit quelque chose.

Stive : Je suis venu ici pour retrouver un ami, je pensais qu'il serait dans cet immeuble, j'ai vu alors cet humoriste sortir de l'appartement en question, je suis allé à l'intérieur, j'ai vu l'arme, je l'ai prise puis j'ai remarqué le cadavre à travers la fenêtre brisé, alors j'ai fuis en abandonnant l'arme car j'avais peur qu'on pense que je sois le coupable.

Moi : C'est tellement con que s'en est vrais, c'est pas lui.

Goro : Alors c'est le dernier le coupable ?

Ki'ichiro : Mais non, certes je voulais la tuer car elle fait parti de l’Association des corbeaux mais quand je suis venu après ces deux là, elle était déjà morte, j'avais pris l'arbalète pour la tuer mais c'était avant de le voir morte, mais regardez j'ai avec moi le couteau de chasse que j'ai apportais à la base pour commettre mon acte.

Moi : Vous n'êtes pas le coupable, mais bon t'es quand même un tueur en série très connu alors arrêtez le quand même.

Goro : Mais alors qui est le coupable ?

Moi : Le tueur est cette personne !

Les portes du donjon se refermèrent et se fut un instant pub pour un bar où un homme aux cheveux argentés s'approcha de la cam en souriant.

Gin : Moi Gin, j'ouvre mon nouveau bar avec mon associé Vodka, il s’appellera "Le Jean Michel Maire", l'endroit où vous pourrez borie tout en péchant de la meuf et en fumant des Jiloises Caporal, fait maison, alors venez sans attendre.

Vodka : Aniki, tu crois vraiment que ça va marcher cette promos ?

Gin : Si tu me coupe pas la parole oui, espèce de... Oh ça filme encore ?

Heureusement le programme revint très vite juste au moment où je dis ma phrase tout en pointant du doigt le Légiste qui avait sur son badge son nom de de marqué. Il y était écrit "Seth Persone".
L'homme en question était grand de deux mètres, occidentale, chauve, un bandeau sur l’œil droite, l’œil gauche blanc avec une cicatrice dessus. Il avait un gros bouc de vilain, était habillé en noir et rouge et pour couronné le tout parlait avec un fort accent allemand.

Seth : Arh ! Herr Hattori ! Artung, vous avez vu mon plan achour !

Il sortit un vieux Luger de la seconde guerre mondiale et sauta sur Kazuha qui était juste à coté avant de la prendre en bouclier humain.
Il commença à ricaner tandis que toutes les forces de police avaient disparu d'un plan à l'autre.

Seth : Qu'est ce que vous allez faire maintenant cheune détective !?

Moi (En regardant ma montre) : Je vais à Los Angeles, à plus !

Seth : Arh quoi !?

Kazuha : Heiji, si tu reviens pas je vais te tuer !

Mais j'étais déjà parti loin d'ici.

POV 3ème Personne

Quelques heures plus tard, lors d'une belle nuit d'été à Los Angeles, au manoir Kudo deux silhouettes s'entrelacées dans le lit principale.
Et oui il y avait une folle scène de sexe en cours et c'était vraiment chaud, mais comme ce ne serait pas drôle, quelque chose vint déranger les deux personnes.
Une tierce personne ouvrit la porte de la chambre et ouvrit ses yeux béants pour regarder ce qui se passait devant elle.
Les deux amoureux arrêtèrent leur acte et regardèrent l’intrus qui laissa transparaître une intense colère dans son visage et les empêcha de prendre la parole en parlant en premier.

Shiho : Shinichi !!!?? Heiji !!!???? Comment osez vous !!!????

Shinichi (Pointant sa main vers elle) : Ce n'est pas important.

Shiho (Se calmant d'un coup) : Ce n'est pas imporant.

Shinichi : Tu dormiras sur le canapé et oublieras tout au réveil.

Shiho : Je dormirais sur le canapé et oublierais tout au réveil.

Shinichi : Salut.

Shiho : Salut.

Et sa femme s'en alla à la grande surprise de l'adolescent d'Osaka qui avait toujours sa casquette et qui évita de la tourner pour une fois car la dernière fois la tête s'était tourné aussi, ça avait posé un sérieux problème.

Heiji : Comment t'as fais ?

Shnichi : Oh c'était mon ancien maître Obiwan Kenobi qui m'avait apprit ça il y a très très longtemps et dans une galaxie lointaine.

Heiji : Eu OK, je te voyais pas si vieux que ça, bon on reprend ?

Shinichi : Ouais !

Et ils purent continuer de faire l'amour comme si rien ne s'était passé.
En tout cas ce fut à nouveau une journée ordinaire dans Détective Conan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WAF
Le héros des survivants
Le héros des survivants


Messages : 1375
Points : 1379
Réputation : 0
Date d'inscription : 03/05/2013

MessageSujet: Re: Paf le chien   Lun 7 Sep - 21:09

POV 3ème Personne

Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine.... le plus vraiment jeune Luke Skywalker se réveilla dans son lit 1 an après la fin de l'Episode VI. J'ai vraiment besoin d'en dire plus, vous connaissez déjà le topos et si ce n'est pas le cas vous avez trois films a regarder de suite, la prélogie peu encore attendre un peu mais vous pouvez aussi la regarder. Voici une journée ordinaire dans Star Wars.

POV Luke

Les rayons des soleils me piquèrent les yeux à mon réveil sur mon lit douillé, j'étais vraiment heureux, je sentais que ça allait être une bonne journée.
Même si je vous avoue que ça me faisait chié de me réveiller toujours seul dans mon lit, certes c'est mieux que de se réveiller avec Boba Fett à ses cotés mais bon, je voudrais une gonzesse mais il n'y avait à se grayer sur Tatooine. Mon père quand il fut jadis Anakin avait dit on eut plus de chance de se coté là, il avait réussit à finir avec une reine devenue plus tard sénatrice, quelle chance ! Mais bon il a tout gâcher ensuite en passant du coté obscure de la force, enfin bref revenons à mes pensées de ce moment là.
Je vais aller me brosser les dents puis sortir le robot.
Je sautais hors du pieu et me rendit ne peignoir noir de Maître Jedi dans la salle de bain, c'est trop classe s'être tout le temps en peignoir, mais bon personne ne veut que je porte les chaussons lapins qui vont avec.
J'avais aussi à ma ceinture mon sabre laser que j'avais demandé à George Lucas de custom en Rose Fuchsia pour montrer ma féminité intérieur.
Me voila en tout cas devant le lavabo à regarder ma tête de con à travers le miroir, oui ne vous en faites pas je le sais que je suis moche mais j'essaye de vivre avec même si c'est dur parfois.
J'ouvris alors l'armoire à glace pour prendre mes médocs contre mes diarrhées fréquentes, je faisais des pets mais alors horrible, l'autre fois j'ai même tué un Wookiee à 50 mètres, c'est pour dire.
Mais quand je reposais la flacon et que je fermais l'armoire, je vis dans le miroir que se tenait juste derrière moi la forme spectrale de Obiwan Kenobi qui me regardait en silence.
Ça me fit sursauter et ce con se plia en deux de rire.
Il n'a vraiment que ça à faire depuis l'au de là ?
J'étais vraiment remonté mais le vieux maître tenta de reprendre son sérieux pour me parler.

Obiwan : Tu aurais dû vori ta tête ! Tu me rappel mon ancien padawan Shinichi Kudo, lui il était sympa, pas comme ton père, ce con égocentrique qui n'en a toujours fait qu'à sa tête.

Moi : Enfin Yoda m'a dit que vous avez quand même merder grave pour le faire rester du bon coté... Le faire de confier au gros traître, ah non mais là bravo les Jedi.

Obiwan : Ouais t'es comme ton père sauf que t'as pas de femme et que t'as pas sombré du coté obscure. Sinon Yoda, tu peux venir deux secondes ?

Et le vieux gremlins apparut lui aussi en fantôme avec sa canne, il me faisait souvent pensé à un gobelin avec des oreilles d'elfe ce vieux croûton.

Obiwan : Alors tu lui as raconté toute la prélogie ?

Yoda (Acquiescent) : Jar Jar Binks, je lui ais épargné.

Obiwan : Ouf.

Moi : Mon père me dégoutte, il aurait pu avoir une vie trop classe mais il a tout gâché, alors que moi je suis seul comme un con sur cette planète après que mes amies m'aient abandonné après la fin de l'empire. Il faut que j'épouse une reine aussi !

Yoda : Jedi, tu es donc marier tu ne dois pas.

Moi : Mais pourquoi !? L'amour c'est bon, joyeux et tout ça, ça empêche d'aller du coté obscure alors laisser moi faire.

Obiwan : Non tu....

Yoda : Raison, il a enfaîte donc ta gueule.

Obiwan : Bien Maître Yoda.

Yoda : Toilette, je dois aller, très vite en plus.

La chose verte fit un triple salto arrière et se posa pile poil sur la cuvette des WC avec un magazine puis il nous propulsa hors de la salle avec sa force avant de claquer la porte et la verrouiller.
Me voila donc seul en compagnie de Ben.

Obiwan : Bon je dois y aller, Anakin et Padmé font un barbecue, allez à plus.

Moi : A plus.

Et il disparut, je me retrouvais à nouveau seul comme un con.
Je décidais donc de me rendre à la cuisine pour me servir un verre mais en ouvrant le frigo, je vis qu'il n'y avait plus rien, qu'un avait tout bouffer en cachette.
Mon regard se tourna immédiatement vers le panier où dormait tranquillement R2-D2, que je pris soin de réveiller en lui criant dessus.

Moi : R2 ! Tu as encore bu tout le lait !?

R2-D2 : Qu'est ce que tu raconte, tu crois vraiment que j'ai besoin  de lait pour survivre ?

Moi : Si c'est pas toi, c'est qui ?

R2-D2 : Darth Vader.

Moi : Qu'est ce que tu raconte ? Dark Vador est mort....

Dark Vador : Ah bon !?

Luke tournais a tête lentement avec le teint blafard vers la source de la voix.
Je vis ce qui semblait être mon père dans sa célèbre tenue de grand méchant noir avec une bière dans le main et qu'il tentait de boire sans l’avoir décapsuler, la grande classe.
Immédiatement je sortis mon sabre et je l'activais tout en restant face à face avec mon ennemi qui ne semblait pas me comprendre.

Dark Vador : Hé relax fiston !

Moi : Mais tu es mort !

Dark Vador : Anakin est mort et repose en paix mais moi ça va.

Moi : Mais tu es Anakin.

Dark Vador : En quelque sorte.

Moi : Tu me dégoutte !

Dark Vador : Toi aussi, putain quand je pense que je suis Hayden Christensen et que j'ai couché avec Natalie Portman pour finalement enfanter de Mark Hamill, je sais pas où ça a merdé franchement mais heureusement Carrie Fisher est là pour rattraper le coup en se faisant Harrison Ford en plus !

Moi : Mais tu raconte n'importe quoi !

Dark Vador : Ouais c'est vrais, car je ne suis pas ton père, je suis en réalité....

Il enleva son casque devant moi pour révéler une tête qui m'était totalement inconnu.

Maxime : Maxime Moulin.

Moi : Qui !?

Maxime : Tu me connais pas !? Ah ouais merde c'est vrais ça, bon salut à la prochaine !

Et il sa barra de chez moi comme ça, tranquille.
J'en avais marre de me retrouver toujours seul comme un con après une grande scène de WTF.
Je suis sur que Ian vit sa belle vit lui de son coté.

POV Han

Mmmmm.... J'adore sentir sa présence à mon réveil.
Ce furent mes premières pensées de la journée car oui j'aimais sentir le contact entre moi et ma compagne dans notre lit au réveil, sa chaude présence me redonnait la pèche comme à chaque fois.
Sauf que je me rendis assez rapidement compte que là... Il y a avait un problème.
Attends une minute, depuis quand elle est poilu sur tout le corps ?
A ce moment là j’ouvris grand les yeux et vis que ce que je serrais n'était pas ma femme mais mon pote, la boule de poil sur patte.
Je fis un bond en arrière et je pris la parole en bégayant un peu.

Moi : Chewie !? Mais qu'est ce tu fiche ici dans le plumard !?

Chewie : C'est une idée de ta femme ne m'en veut pas, elle a dit que ça te ferait plaisir.

Moi : Il y a des jours où j'ai l'impression qu'elle veut ma mort.

Chewie : Bon ça m'a fait aussi bizarre ce contact intense.

Moi : Mais t'en parle à personne, j'ai pas envie de me faire chier avec des cons qui disent "Oh le grand Han Solo s'est tapé son ami Chewbacca".

Chewie : En tout cas si tu cherche Leia, elle est en bas.

Moi : D'accord... Bon c'est mieux que le jour où c'était Jabba The Hutt qui était avec moi au petit matin dans le lit.... Très mauvais souvenir.

Chewie : Bon je retourne dormir.

Moi : Ouais mais moi je me lève, bonne nuit.

C'est ce que je fis au final et je me rendis directement dans le salon en étirant mes bras vers le haut, j'étais quand même plutôt de bonne humeur ce jour là mais vous verrez ça allait bientôt changer. Mais ce qui m'étonna c'est que Leia n'était pas là contrairement à ce qu'avait dit le Wookiee mais bon je me disais qu'elle devait être dans la cave à faire je ne sais quoi.
Quand à moi, je me posais tranquillement sur le canapé et j'allumais la télévision pour tomber la série TV "L'Empereur à Ibiza", je l'aimais bien, elle me faisait rire avec ce con d'empereur qui fait des bêtises partout où il va.
Evidemment je savourais ce programme avec une bonne bière de la marque "Wave" qui était très connu par leur slogan "Que la force soit avec Wave !".
Oh excellent, il a trébuché sur un Ewok !
Mais un bruit vint me gâcher mon plaisir, quelque chose taper quelque part dans le salon.
Je constatais que ça venait du placard qui était verrouiller, il devait y avoir quelqu'un d'enfermer à l'intérieur.
Elle a dû encore se retrouver enfermé en voulant ranger l'aspirateur, oh mon dieu qu'est ce que je vais faire d'elle ?
Je me levais en soupirant sans lâcher ma bouteille, faut pas déconner non plus au prix que c'est !
Mais en ouvrant le dit placard, je pus m'apercevoir que ce n'était pas la princesse forte mais juste l’androïde à deux balles qui nous appartenait.

Moi : Z-6PO, mais qu'est ce que tu fiche dans le placard, tu joue les squelettes maintenant ?

C-3PO : Désoler maître, madame Leia m'a enfermé ici pour m'empêcher de vous dire des infos qui vous embêteraient.

Moi : Quels infos ?

C-3PO : Oh trois fois rien... Qu'elle a prévu de partir avec Lando Calrissian vers la Terre, une planète primitive.

Moi : QUOI !!!????

C-3PO : Elle est au garage actuellement....

Moi : Non, ils ont pas intérêt à toucher à mon vieux tas de ferraille à moi !

Sans plus attendre, je me précipitais vers le garage qui ressemblait plus à une baie mais c'est logique, il me fallait un grand espace pour garer mon Faucon Millenium.
A peine j'entrais dans la pièce en question que je vis mon vaisseau sur le point de décoller.
Mon regard se dirigea vers le cockpit où se trouvaient ma femme et l'autre enfoiré qui me saluèrent de la main avant de parler via un micro.

Lando : Ravis de t'avoir connu mon pote.

Leia : Je les préfère noir... Et puis il en a une grosse lui.

Moi : Hé mais attendez....

Trop tard, ils décollèrent sans me laisser le temps de finir, les enflures.
Me voila seul, me sentant un peu con.

Moi : Ah les femmes, toutes des garces qui ne savent que mentir et se servir dans la caisse.

Je restais immobile encore quelques minutes, aillant encore du mal à faire face à la dur et triste réalité.
Mais tout fut chambouler quand une DeLorean apparut sous mes yeux, laissant une traitée de traces de pneus en feu et faisant un dérapage de fous avant de s'arrêter.
Une vieux savant fous zarbi en sortit et me pointa du doigt, le malpolie.

Doc : Non de Zeus Han, monte dans dans la voiture !

Moi : Je sais pas ce que j'ai pris au petit dej mais ça fait effet.

Malgré tout, j’écoutais quand même le mec et je montais dans sa caisse avec lui.
Nous fumes alors partis à 141,62 km/h et alors que je pensais qu'on allait se planter contre un mur, nous traversions les mailles du temps pour se retrouver dans le futur, en 1940 après un certain J.C dans le temps humain, sinon si on prenait en Yavin.... Ouais non oubliez.
A peine arrivé dans cette époque, que je me fis éjecter du véhicule comme un malpropre et le vieux se barra avec sa caisse, me laissant seul dans une période de l'histoire que je ne connaissais pas et sur une planète que j'avais vaguement entendu parler.
C'est vraiment ma journée, je savais bien que je n'aurais pas du me lever du plumard ce matin.
Alors l'endroit où je me trouvais était un vaste désert, c'était bien ma veine, mais au moins il y avait une route près de moi et je vis justement un véhicule arriver.
C'était quelque chose que j'avais jamais vu mais en me renseignant, j'appris que c'était une Ford V8 1932, drôle de nom.
Je fis de l’auto stop en espérant qu'elle s'arrête et ce fut le cas, je pus monter dedans.
A ma grande surprise, le conducteur avait une gueule que je connaissais bien, je décidais de me présenter.

Moi : Han Solo, vous me ressemblez bien.

Indiana : Indiana Jones, c'est vrais en effet, je suis ici au Mexique pour chercher le célèbre "Diamant de Chez Jade" qui serait enfuis 30 km sous terre sous une statue en bretzel représentant le prophète Mahomet. Vous voulez m'accompagner ?

Moi : Etant donné que j'ai rien d'autre à faire, je veux bien oui.

Indiana : Alors en route, compagnon d'aventure.

Et la musique célèbre se lança tandis que l'aventurier au chapeau et au fouet reprit sa route, en ma compagnie.
En tout cas ce fut à nouveau une journée ordinaire dans Star Wars... Mais qu'est ce que je raconte moi maintenant !?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WAF
Le héros des survivants
Le héros des survivants


Messages : 1375
Points : 1379
Réputation : 0
Date d'inscription : 03/05/2013

MessageSujet: Re: Paf le chien   Jeu 10 Sep - 7:58

POV 3ème Personne

Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine.... le jeune Jedi Anakin Skywalker qui était censé être l'élu.... Non mais ça aussi vous devriez connaitre hein ? Voici une journée ordinaire dans Star Wars (Prélogie cette fois ^^).

POV Anakin

Je me réveillais en sursaut dans mon lit, les draps étaient trempés de sueur et mon cœur battait la chamade. Je regardais autour de moi pour reprendre mes esprits quand je me rendis compte que j'étais chez moi, où plutôt chez nous car je sentis bientôt le petit mais tendre baiser de ma femme sur mes lèvres.
Ah ma chère Padmé Amidala, quand je l'avais rencontré pour la première fois c'était sans que je le sache encore la Reine de Naboo où nous vivons actuellement, elle est maintenant Sénatrice de cette même planète et elle est toujours aussi jeune et belle.
Je suis vraiment heureux de l’avoir épousé, je peux dire que si elle n'avait pas été là, j'aurais déjà sombré du coté obscure de la force depuis longtemps.
En tout cas à ce moment là, elle semblait un peu inquiète à cause de mon cauchemar mais elle devinait ce qui en retournait.

Padmé : C'est encore ce cauchemar ?

Moi : Oui, je rêve que CE jour là, je suis retourné voir Palpatine, que je l'ai sauvé en l'aidant à tuer Mace Windou et que je suis devenu son disciple Dark Vador. Là suite tu la connais, je t'en ais déjà parlé.

Padmé : Allez Anakinou, ce n'est qu'un mauvais rêve, rien de cela ne s'est passé. Tu n'es pas allé voir ce Sith mais moi et je t'ai convaincu qu'après tout cela tout irait mieux pour nous, Maître Windou a tué Palpatine et puis les clones ont été désactivé. Ensuite tu as été récompensé pour ton aide en devenant Maître Jedi et quand Obiwan a apprit qu'on était marié et que j'étais enceinte, il a fait en sortir qu'on ait pas de problèmes avec cela et ils nous ont même aidé à accoucher. Puis ensuite on a donné le nom de nos deux enfants, le premier c'est moi qui ait choisi, Luke, et la deuxième, c'est toi qui lui a choisi comme prénom Wouchwouch. Et maintenant ça fait 3 ans que ce merveilleux jour est arrivé et nous vivons ensemble comme nous l’avions toujours voulu, et toi tu es devenu puissant comme tu le voulais.

Moi : Ouais c'est vrais, il faut que j'arrête de me plaindre de ma belle vie, pour une fois je suis content d'avoir été patient, ça a porté ses fruits.

Padmé : On est passé à deux doigts d'un des plus gros drame de l'histoire intergalactique.

Moi : Je sais, si j'avais fais le mauvais choix, il aurait eu le temps d'enclencher l'Ordre 66.

Padmé : Mais tu es quelqu'un de bien Anakinou.

Moi : Tu as raison ma belle Padmé... Eu c'est normal que je sens une présence derrière mon dos depuis tout à l'heure ?

Nous tournions le regard vers cette présence pour voir un jeune homme dans le lit avec nous mais habillé et qui nous regardait chaleureusement en buvant une canette d'Ice Tea.

Maxime : Faites pas attention à moi, continuez, je regarde juste.

Avec ma force, je fis propulser le Moulin à parole à travers la fenêtre de la chambre parce que il y en avait marre des visiteurs de ce genre, oui c'était pas la première fois que ça arrivait.
Et puis je retournais dormir dans les bras de ma reine à moi et elle fit de même, nous allions finir notre nuit de sommeil.
Plus tard dans la journée, quand il fut 10 heures du matin, je venais tout de m'habiller quand je descendis les escaliers pour me rendre au rez de chaussé.
A peine arriver au salon que je vis le beau monde qui s'y trouvait, mes deux enfants, les deux robots et.... Jar Jar Binks le gros poissard et maladroit de l'espace, il s'était calmé durant son séjour au sénat mais depuis sa sortie il y a 1 an c'était redevenu la merde. En plus je détestais sa façon de parler... Je comprend pas pourquoi Padmé l’apprécie ?
Allez faisons comme si ce con n'était pas là.
Malheureusement ce ne fut pas ma veine, il remarqua mon arriver.

JJ : Hellihello ! Missa suis touzours content d'être tuyou ami !

Moi : Mais tu vas la fermer ta gueule !?

Voila comment imposer un silence général, je peux vous dire que ce gros débile super poissard se mit à chialer comme une madeleine.
Puis évidemment il se tira aussi vite que possible mais il eut une surprise en ouvrant la porte d'entrée.
Ouais il se prit une rafale de tir lasers qui eurent raisons de lui.
En voyant ça, je n'eus aucun remord pour lui mais de l'inquiétude pour mes enfants.

Moi : Les robots, planquez mes gosses !

R2-D2 : Hé oh et la politesse, elle s'en est allé !?

C-3PO : Allons R2, cesse de te plaindre et aide moi à cacher Luke et Wouchwouch.

Finalement ils m'écoutèrent tandis que moi je sortis mon super sabre laser de la mort qui tue, tout noir avec dégageant un fumé exquis.
Je sortis de la piaule pour voir que nos agresseurs n'étaient autres qu'une armée de droïdes de la Fédération du Commerce.
Encore ces cons, mais ils ont toujours pas comprit la leçon ou merde !?
Il y a avaient des B1 Battle Droid, des B2 Super Battle Droid et même ceux qui je n'aimais pas, les Droideka.
Je respirais un grand air en les foudroyant du regards ces petits gourgandins qui ne me faisait même pas frémir d'un poil.
Eux, ils me braquèrent leur armes sur moi, et malgré que ce soit des machines, je pouvais remarquer ce qui semblait ressembler à s'y méprendre à  de la peur.

Droïde : Bougez plus !

Moi : Bouh !

Ils tombèrent tous comme de vieux détritus sur l'herbe verte de la plaine qui s'étendait à perte de vue.
Je soupirais un peu de la simplicité à laquelle j'avais résolu ce problème.

Moi : C'est même plus amusant.

Vraiment déçu, je rentrais penaud dans mon chez moi tout en traînant des pieds.
Je me fis un chemin jusqu'à la chambre à coucher où j'avais laissé mon épouse dormir, ouais elle dort jusqu'à plus de 11 heures, une vrais marmotte.
Mais à ma grande surprise, je trouvais le lit défait et vide, ainsi qu'un gros trou dans le mur, donnant une belle vue sur les prairies environnantes.
Je compris alors que quelqu'un l'avait enlevé pendant que j'étais occupé avec les autres dehors, mais je me doutais au fond de moi même que ce n'était pas un coup de la Fédération.
Les Sith, ils reviennent, encore et toujours.
Une colère s'empara de mon corps et sans le vouloir, je sombrais du coté Racaille de la Force.
5 Heures plus tard, je me retrouvais sur la planète Coruscant, siège de la République Galactique.
Je marchais tranquillement dans l'un des grands couloirs pour rejoindre le conseil Jedi sous les regards curieux des personnes que je croisais, même Bail Organa ne put s'empêcher de cracher l'Orangina qu'il était entrain de boire.
Pour vous faire dans le détaillé et de haut en bas, je portais une casquette Wati B à l'envers ainsi que des lunettes de soleil en forme de dollar pour me la péter avec mon sourire de neuneu. J'avais un sweat shirt à capuche, une grosse chaîne en or autour du cou, des bagouses aux doigts, le slip remonté pour qu'on le voit bien avec mon fute troué qui descendait en permanence et des Nike à 30 euros 50.
Je peux vous laisser imagine la tronche qui tiraient Yoda, Obiwan et Mace quand j'arrivais devant ces 3 là.

Yoda : Perdu, nous l'avons.

Mace : Et dire que je lui ais donné ma confiance.

Obiwan : Anakin, qu'est ce qui t'arrive.

Anakin : Wesch cousin, sisi la famille, bien ou bien !?

Obiwan : Non ! T'étais comme un frère pour moi !

Yoda : Un Grand Danger, je sens arriver.

Mace : Non ça c'est les fayots qu'on nous a servi à la cantine Maître Yoda.

Les yeux de Yoda s'ouvrirent alors en grand, nous nous tournions tous vers la direction de son regard pour voir nos pires craintes arriver.
Dark Sidious, Dark Dark Tyranus et Dark Maul se pestèrent devant nous en se la pétant encore plus que moi, ils avaient l'air pas content les bougres.

Yoda : Halluciner, les fayots nous font ?

DS : Alors bandes de cons, vous ne vous y attendiez pas à celle là !?

Mace : Mais vous étiez morts !? Sauf Dark Maul....

DM : Mais vous aviez pensé que je l'étais.

Obiwan : Sauf qu'eux, c'étaient sur ils étaient morts !

DT : Disons plutôt qu'un allié inattendu nous a fait revenir d'entre les morts.

Mace : Bon vous voulez qu'on se tir l'oreille ?

Solid Snake : Moi je veux bien.

DS : Non, nous allons nous affronter dans une Battle de Rap, mais sans Slam. Si vous gagnez, vous aurez le contrôle de la galaxie pour le restant de vos jours, sinon c'est à nous tout le bazar et boom l'Empire Galactique naît.

Anakin : Moi je suis pour, sinon on va tous crever, alors allons y les potos !

Yoda : Arbitrer, je vais.

Une musique se lança et c'était parti pour le clash du siècle.

Anakin : Hé Palpatine, pour avoir à non comme ça, ta mère devait bégayer, powwwwww !!!

DS : Wesch mon pote, tu crois pouvoir parler alors que toi t'as même plus de mère !

Obiwan : Toi non plus !

DM : Hé vos gueules, vous les Jedi vous croyez être les pros, alors que les beaux gosses, c'est nous, yeah !

Mace : Je suis Samuel L Jackson.

DT : Bon vous faites tous chier avec votre Rap à la noix alors tiens pour toi.

Je le vis alors m'envoyer valser au loin avec sa force.
Tout se que je vis avant de sombrer dans l'obscurité, c'était mon corps tout entier qui tombait dans le vide, et puis plus rien.

POV Bard Pavor

Qu'est ce qu'on étouffait dans cette tenue, non mais je te jure !
J'étais assise sur une chaise dans une pièce très sombre qui servait de salle de détente personnel.
J'avais un peu l'esprit embrouillé mais je ne saurais vous dire pourquoi.
Finalement je vis mon maître entrer dans la pièce avec un grand sourire.... Attendez, je ne vous l'ai pas présenté.
C'était Qui-Gon Jinn, de de noir vêtu, qui était un puissant Sith et moi j'étais son élève depuis très très peu de temps.

QGJ : Mon élève, le plan fonctionne à merveille, Anakin est dans la fonderie, il est temps que tu le tus comme prévu.

Moi : Désoler maître mais votre plan, je n'ai rien compris.

QGJ : C'est pas grave, n'en parlons plus, allons y !

Et nous quittâmes cet infâme endroit pour arriver dans l'endroit où régnait une chaleur d'enfer.
La pièce était constitué d'un pont de lumière qui rejoignait une plateforme central où se trouvait au milieu de celle ci, le panneau de commande de destruction de la base.
Nous marchions ensemble le long de la sorte de passerelle pour arriver au point central où je vis une personne que je connaissais bien entrain de se relever douloureusement après avoir reprit connaissance.
Mon maître se mit à applaudir tandis que Anakin nous regarda avec un air un petit peu inquiet mais très sur de lui, il essaya de chercher sur lui une arme mais il n'en avait pas.

QGJ : Ah Anakin, ne cherche pas, j'ai confisqué tes armes et tu es tombé tout droit dans mon piège.

Anakin : Mais vous étiez mort.

QGJ : Oh c'est sans importance, l'important c'est que je suis passé de l’autre coté de la Force et que nous nous retrouvons enfin après de longues années, en tête à tête, même si j'aurais préféré qu'Obiwan soit avec toi.

Anakin : Bon on va faire quoi maintenant ?

QGJ : J'avais prévu une soirée raclette avant ta mort, mais laissons tomber cela, je te présente mon élève, Bard Pavor.

Anakin : Le nom de merde !

Moi : Je ne t'ai pas sonné.

Anakin : Tiens cette voix me semble familière.

QGJ : C'est normal, tu peux retirer son casque.

C'est ce que je fis sans désobéir, révélant mon vrais visage à celui qui était mon époux.
Et oui, je suis Padmé Amidala pour ceux les plus lents à la comprenette.

Moi : Salut Anakinou.

Anakin : Padmé !? Mais pourquoi !?

Moi : Il m'a promit de m'offrir toute sa réserve de Kinder Bueno si je venais à l'aider, désoler.

QCJ : Maintenant Bard, tue le !

Je sortis un Desert Eagle Laser de mon holster et je braquais mon tendre amour avec, j'étais sur le point de faire mouche.

Anakin : Je t'en supplie, ne l'écoute pas !

Moi : C'est trop tard, ne résiste pas et tout ira vite.

Anakin : Après tout ce qu'on a vécu, tu en viendrais à me tuer ?

Moi : Les Kinders Anakinou, c'est trop tentant, désoler.

Anakin : Si tu le tue, je te promet bien plus.

Moi : Quoi ?

Anakin : Ma réserve de Coco Pops.

Moi : OK !

Je me tournai subitement vers mon désormais ancien maître et je lui explosais la tête sans vergogne, sa cervelle tomba avec le reste de son corps dans la lave en contrebas, je venais derevenir du bon coté de la force.
Ah bah les Coco Pops quoi !
Mon brave Jedi me sauta dans les bras et nous nous échangions un bon baiser.
Dans notre fureur, je le poussai contre la console et sans faire gaffe, il appuya sur un bouton qu'il fallait pas.

Voix : The self destruction actived, the staff must leave the premise.

Anakin : Oops...

Moi : C'est pas bon ça !

Nous nous regardions comme deux glandus et finalement un bruit encore jamais entendu par nos oreilles se fit entendre.
On aurait dit le son d'une machine mais alors quel genre de machine !
Soudainement, une mystérieuse boite bleu se matérialisa devant nous et sa porte s'ouvrit, révélant un vieil homme qui nous faisait signe d'entrer en vitesse.
Et comme nous n'avions pas d'autre possibilité, nous l'écoutions.
Et la première chose que je remarquai en entrant dans la boite bleu, c'était qu'elle était plus grande à l’intérieur qu'à l'extérieur.
L'homme qui venait de nous sauver, était assit sur l'un des tableaux de bords du pilonne se trouvant au centre de l'endroit où nous nous trouvions.
Il afficha un grand sourire ravis à notre égard mais très vite une question se posa.

Anakin : Vous êtes qui ?

Docteur : Le Docteur !

Moi : Docteur qui ?

Et c'est à ce moment là que le générique se lança, me laissant sans réponse de sa part.
Enfin bref ce fut à nouveau une journée ordinaire dans Star Wars... Oops c'était pas à moi de le dire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WAF
Le héros des survivants
Le héros des survivants


Messages : 1375
Points : 1379
Réputation : 0
Date d'inscription : 03/05/2013

MessageSujet: Re: Paf le chien   Sam 31 Oct - 0:12

POV 3ème Personne

Vous connaissez tous Indiano Jones, ce professeur d'archéologie, aventurier à ses heures perdues avec son fouet, son chapeau et se phobie des serpents.
Hé bien c'est parti mon kiki, nous sommes en 1960, dans une contrée perdu de la France, le Creuse. Il était à la recherche du légendaire "Saucisson de Justin Bridou" authentique qui se trouvait dans un ancien temple des templiers. Enfin ça c'est le topos, voici une journée ordinaire dans Indiana Jones.

POV Indiana

Je m’avançais lentement dans un couloir sombre de temple lugubre, armé de ma torche et avec mon bon vieux revolver qui m'attendait sagement dans mon holster.
C'est alors que je marchais sur un interrupteur, aussitôt je reculais, évitant de justesse les pics sortant du mur à ma droite.
Mais à priori quelqu'un d’autre avait été moins chanceux que moi et y était mort, et je le reconnu...

Moi : Hé bien fiston, c'est là que t'étais passé !? Rhhhoooo tu me déçois, tomber dans un piège si basique, t'es pas digne d'être l'héritier de ton père !

Et je continuais mon chemin laissant le cadavre de Mutt là où il était.
J'arrivais finalement dans une grande salle entouré par un gouffre avec juste l'escalier en face de moi qui menait à un piédestal où reposait la relique que je convoitais temps.
C'était trop beau hein ? C'est ce que je me disais aussi en grimpant les marches.
Et juste avant de prendre l'objet, comme je me doutais, une voix vint m’interrompre dans mon geste.

??? : Ahr ! Doctor Jones !

Je me retournais pour voir monter les marches, un nazi en uniforme d'officier SS avec un vieux Luger dans sa main gauche.
Il avait une cicatrice à l’œil gauche et il boitait légèrement de la jambe droite.
Il rigola comme un gros demeuré, j'avais envie de lui foutre une baigne ça c'était sur mais pour le moment c'était impossible.

Moi : Dois je vous connaitre ?

Ernan : Zar gut Her Jones ! Che suis le Baron Ernan Hinrich et j'ai vécu reclus dans cet endroit isolé du monde après la fin de la Grande Guerre pour protéger cette relique afin que des petits fouineurs comme fous ne la prenne pas.

Moi : Mais je vais la prendre quand même.

Ernan : Che me demande bien comment, montrez moi !

Moi : Avec plaisir !

A ce moment là, je saisis l'item derrière moi et je portai un coup à la tête du Bosch avant de faire enflammer ses cheveux avec l'aide de ma torche.
Il lâcha son arme et sous la peur il se mit à courir comme un fous, sauta dans le vide comme un con mais ua moins une menace de régler.
Mais une menace n'arrive jamais seul.
Voila que toute l'édifice se mit à trembler, ce qui signifiait qu'elle était entrain de s'écrouler sur elle même et moi j'étais toujours à l'intérieur.
Priant pour ma vie, je piquais le sprint du dernier survivant.
je retraversais à vitesse fois mille les couloirs précédemment passé sans me préoccuper de mon cœur.
Finalement je la vis, la lumière de la sortie qui m'ouvrait ses bras et deux coups de cuillère à peau, me voila dehors, complètement essoufflé mais au moins j'étais vivant.
Le temple avait finit de s'écrouler derrière moi et je souris en voyant que j'avais encore une fois échappé à la mort.
Le bruit d'un moteur de voiture me fit tilter et je devinais que quelqu'un arriver, et ce n'était autre que ce brave Demi-Lune déboulant avec une jeep car il avait maintenant 34 ans le bougre.
Il quitta son véhicule d'un bond et vint me voir avec son petit sourire habituelle.

DL : Alors Indiana, on commence à se faire vieux ?

Moi : Vieux, je ne vois pas du tout de quoi tu parle, n'oublie pas que Sean Connery est mon père.

DL : Tu me fais toujours autan rire.

Moi : Ouais je sais... Sinon plus le temps et plus je trouve que Belloq me manque ce con, c'était mon ennemi juré ce mec.

DL : Et sinon tu as mis où ton chapeau ?

Moi : Comment ça ? Je...

Je cherchais partout sur ma tête sans le trouver... Je me figeai alors constatant qu'il manquait quelque chose... de cher pour moi.
C'était le jour où j'avais perdu mon chapeau....
Passons tout de suite à plus tard dans la journée, le soir même, mais cette fois ci fraîchement de retour aux Etats Unis.
C'était dans le Connecticut qu'avait lieu l'enterrement de mon chapeau et nombreux de mes proches étaient là pour y assister comme par exemple Demi-Lune et aussi mes ex comme Willy ainsi que ma femme Marion.
Il y avait aussi des gens que je ne connaissais pas comme un certain Nicholas Fury et une certaine Wonder Woman, des gens bizarres mais bon je m'en fichais sur le moment même.
Tout le monde partit bien vite après la fin de sermon, seul moi, ma femme et un autre homme du nom de Maxime Moulin restions ici en deuil pour mon chapeau.
Marion Ravenwood/Jones, de son nom, me prit dans ses bras pour me réconforter, faut dire que j'avais l'art d'attirer les femmes fortes et elle c'était en plus un vrais garçon manqué sauf dans ces moments là où elle se montrait un poil plus féminine.

Marion : Indy, je crois que là où il est, il est heureux.

Moi : Mais comment vais je faire sans lui, il était tout pour moi !

Marion : Je sais... Mais tu dois faire avec et puis je pense qu'il voudrait que tu continue ta quête des trésors.

Moi : Ouais tu dois avoir raison, je vais continuer, pour mon chapeau !

Maxime : Excusez moi, j'ai pas compris pourquoi on fait tout un plat pour un chapeau ?

Cette remarque.... En réponse, il se prit une balle dans le ventre et je m'en allais tranquillement avec ma compagne, ayant assez rapidement reprit goût à la vie alors que le jeune homme prenait goût à la mort.

POV 3ème Personne

La nuit même, Indy se retrouva au Colorado, dans une grotte se trouvant dans la grande chaîne de montagne.
Il évita tous les pièges et se retrouva finalement devant le trésor qu'il était venu chercher.
Le célèbre Double Sabre Laser Rouge de Dark Maul reposant sur une cavité.
L'aventurier utilisa son fouet pour attraper l'objet car comme il s'en doutait, des pics sortir d'au dessus de l'objet pour poignarder l'éventuel main qu'il y aurait eu là.
Maintenant l'arme en se possession, il la regarda avec intention.

Indy : Alors, comment ça marche ce truc ?

Il appuya sur un bouton et les lames lasers sortirent des deux cotés, mais d'un des cotés, se trouvait le torse du pauvre homme.

Indy : Et merde...

Il s'écroula par terre, mort.
En tout cas ce fut une journée ordinaire dans Indiana Jones.... Oui, arrêtez de me regarder ainsi, bon après il est un peu mort mais bref, chut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WAF
Le héros des survivants
Le héros des survivants


Messages : 1375
Points : 1379
Réputation : 0
Date d'inscription : 03/05/2013

MessageSujet: Re: Paf le chien   Sam 31 Oct - 22:18

POV 3ème Personne

Alors c'est l'histoire d'un seigneur du temps qui voyage à bord de son Tardis, un vaisseaux voyant dans le temps et l'espace et ayant l'apparence d'une Boite de Police Bleu Londonienne, et qui donc vit des aventures épiques à peu partout dans l'histoire... Enfin ça c'est le topos, voici une journée ordinaire dans Doctor Who.

POV Docteur

J'étais tranquillement comme à mon habitude depuis que j'étais dans ma 12ème forme, ou 13ème en comptant le Docteur de la Guerre, entrain de jouer de la guitare électrique.
J’interprétais un tube interplanétaire intitulé "Une Souris Verte" que j'appréciais beaucoup à sa juste valeur, autan que j'appréciais l'espèce humaine en général.
Mais comme il faut que l'historie débute, un coup de fils retentit dans tout le Tardis, je fus obliger d'y répondre car si "Elle" n'allait pas vraiment que je ne le fasse pas et elle risquait de piquer une crise comme à son habitude.
Ce vaisseau peut susceptible... Oui je parlais de mon Tardis.
A l'autre bout du fils, même si il n'y en avait pas, se trouvait Clara, ma fidèle compagne actuelle, elle semblait assez anxieuse à l'intonation de sa voix.

Clara : Docteur, je....

Moi : Excusez moi Clara, double appel. Allo ?

Jack : Hé Doc, c'est ce bon vieux Capitaine Jack Harkness, je me disais qu'on pouvait se boire un verre tous les deux ?

Moi : Ouais pourquoi pas... Attends on m'appel. Ouais ?

Martha: C'est Martha Jones, avec Mickey on se demandait si...

Moi : Attendez deux secondes, ouais allo ?

Claude : Maman est près de toi ?

Moi : Quoi ? Merde encore une autre personne qui m'appel ! Quoi !?

Opérateur : Hé oh vous parlez vous un autre ton, c'est France Télécom, vous n’avez pas payer votre facture téléphonique...

Moi : ...ta mère !

Finalement après plusieurs minutes de dialogues inutiles, je parvins à reprendre avec Clara.

Moi : Tu disais ?

Clara : Vous devez venir tout de suite à la Tour de Londres, nous sommes le 4 Novembre 2015 quand je vous appel.

Moi : OK, j'arrive Clara, tenez bon !

Je trifouillais les commandes et me voila parti en 2015.
Une fois atterrit, je me précipitais dehors à une vitesse ahurissante.
Avant de finalement constaté que je m'étais complètement planté dans mes réglages.
Ouais j'étais dans une chambre lugubre avec un vieil homme devant moi qui me dévisagea, il avait un tee shirt avec marque dessus "Je suis Maxime Moulin et nous sommes en France en Alsace à Bischheim en 2070".
Je suis sur que c'est l'autre couple de Jedi machin chose qui ont touché à quelque chose lors de leur voyage, bon j'y retourne !
Je retournais à l’intérieur et j'entrais cette fois ci les bons réglages, ça marcha cette fois ci.
Je pus enfin quitter mon Tardis pour me retrouver dans une grande salle de la base U.N.I.T. se trouvant au sein même de la Tour de Londres.
A ma sortie, je pus remarquer 4 personnes que je connaissais bien.
Déjà Clara Oswald qui se jeta dans mes bras, elle me kiffait, c'était sur mais après ses aventures avec son ex défunt, elle le montre un peu moins mais je sais qu'elle m'aime... Mais bon c'est surement parce que j'ai al gueule d'un papy, ça doit pas aider, je regrette de ne plus être Matt Smith.
Après c'était encore mieux d'être Paul Macgann ou David Tennant, mais le mieux restera Christopher Eccleston.
Bref, la seconde personne était cette bonne vieille Kate Stewart, la fille du Brigadier et elle est comme son père, ça fait peur des fois.
Pour finir o na avait les deux scientifiques que j'aimais bien, surtout Osgood, McGillop lui je ne l'avais croisé qu'une fois je crois.
La chef du département scientifique de l’organisation avait le visage très sérieux, je savais alors qu'elle ne m'avait pas invité pour manger des crêpes, quel dommage !

Kate : Docteur, nous avons un problème.

Moi : Je me doute bien, de quoi s'agit il ?

McGillop : Des Daleks menacent de nous envahir et ils sont dirigés par une personne inattendu.

Moi : Qui ?

Osgood : Quelqu'un que vous connaissez.

Moi : Shinichi Kudo ?

Kate : Non.

Moi : Stan Smith ?

Kate : Non.

Moi : Harry Mason ?

Kate : Non.

Moi : Heiji Hattori ?

Kate : Non.

Moi : Obiwan Kenobi ?

Kate : Non.

Moi : Indiana Jones ?

Kate : Non.

Moi : Anakin Sky...

Kate : Bon dites lui ma salope.

McGillop : Bon déjà c'est pas ma salope, c'est McGillop... Mais bref, c'est Missy.

Moi : Le Maître... What !?

Kate : Velma, dites lui.

Osgood : Il a réussit à convaincre les Daleks de le laisser en vie mais qu'en contrepartie il parviendrait à faire en sorte qu'ils puissent éliminer leur ennemi de toujours le Docteur, le deal qu'il propose c'est que vous vous rendiez et qu'il ou plutôt qu’elle ferait en sorte que la planète soit sauver... Si vous refusez, adieu la Terre.

Moi : Bon bein je fus ravis de vous connaitre.

Clara : Docteur ! Vous devez bien avoir une idée derrière la tête !?

Moi : Ah oui mais bien sur ! Nous allons faire entrer l’humanité toute entière dans le Tardis, ils vivront là-bas et tout ira pour le mieux.

Clara : Docteur...

Moi : Ah ouais non, ils risquent de trouver les livres mentionnant mon vrais nom...

Je me grattais la tête en réfléchissant et finalement j'en trouvais une et je tapai dans ma main avec mon poing.

Moi : J'ai une idée !

Et je courus dans le Tardis, le fit disparaître puis réapparaître un peu plus tard et je revins en leur compagnie de ce qui semblait être moi même vêtu d'une tenue plus sobre.

Kate : C'est quoi ça ?

Moi : J'ai pris un Zygon que j'ai gentiment convaincu de se faire passer pour moi pour tromper nos ennemis.

Zygon : Salut !

Kate : Vous êtes sur que ça va marcher ?

Moi : Autant essayer, je vais l'appeler.

Je piquais subtilement le portable de Clara et je composais le numéro de mon vieil ennemi, celui ci décrocha et prit la parole avec une voix amusée comme à son habitude même si j'avais encore du mal à croire que c'était une femme maintenant.

Missy (T) : Ce bon vieux Docteur pense enfin à me passer un coup de fils, comme c'est gentil.

Moi : Je me rends Missy.

Missy (T) : Toi te rendre ? Dis plutôt que tu vas m'envoyer un Zygon qui a prit ton apparence pour essayer de m'enrouler, je sais quand même faire la différence entre toi et une vieille copie de pacotille quand même, depuis le temps !

Moi : Mince....

Missy (T) : Alors soit tu rends, soit on fait exploser ta planète adorer.

Moi : Et si on faisait rien de ça, je peux par exemple... te faire assister à un concert avec Elvis Presley, Michael Jackson, Claude François et Justin Bieber gratuitement si tu m'épargne moi et la Terre.

Missy (T) : Hmmmmm.... Marché conclu ! Prépare la salle, j'arrive avec mes potes !

Je raccrochai et constatai que tout le monde dans la pièce me fixait du regard, attendant que je dise quelque chose.

Moi : Bon, on va avoir du boulot à faire.

Et c'était peu dire.

POV 3ème Personne

La base avait été transformé en un vrais cabaret où l'alcool coulait à foison et où les 4 artistes précédemment mentionnés faisaient leur show sur scène.
Patrick Sébastien était même venu faire une émission spécial.
Quand au Docteur, il était avec son vieil ami, le futur "Face de Boe", avec qui il discutait avec joie.

Jack : Et alors, cette histoire de Nouveaux Héros ?

Moi : Oui, les nouveaux Héros, un groupe de justicier américains ou japonais, je sais plus, que j'ai aidé par le passé à quelques reprises. Oh c'est une longue histoire, je sais pas si j'ai le temps de te le raconter.

Jack : On a toute la soirée tu sais.

Moi : Ouais, hé bien ça a commencé en 2014, techniquement l'année dernière même si pour moi ça fait 9 ans. Bref....

Et il étala son aventure avec cette bande de justicier... qui allait bientôt avoir du pain sur la planche et ils n'auront pas l'aide du Docteur cette fois ci.
En tout cas ce fut une journée ordinaire dans Doctor Who.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WAF
Le héros des survivants
Le héros des survivants


Messages : 1375
Points : 1379
Réputation : 0
Date d'inscription : 03/05/2013

MessageSujet: Re: Paf le chien   Lun 2 Nov - 22:56

POV 3ème Personne

C'est le nom d'un groupe de héros assez particulier qui... Bon je vous conseille d'aller voir le film directement avant de lire ça, voila. Une journée ordinaire dans les Nouveaux Héros.

POV Hiro

Alors comment vous expliquez le commencement... Ah oui, nous étions entrain de nous reposer tranquillement durant ce matin de Novembre 2015 dans le café de ma tante, Cass, et ça faisait 3 jours qu'on avait pas été en mission.
Oui nous, je veux dire moi et l'équipe qui se trouve avec moi, c'est ça dire mon robot Baymax qui avait été construit par mon défunt frère, Tadashi, ainsi que GoGo Tomago, une fana de la vitesse shootée à l'adrénaline que je kiff ! Honey Lemon, une chimiste surdouée qui me fait parfois peur. Wasabi, un mec super maniaque ce qui fait que j'ai parfois du mal à le comprendre. Et Fred, le geek fanboy et qui malgré son look de drogué s'avère être l'héritier d’une riche famille. Son père c'est Stan Lee en fait mais chut faut pas le dire.
Concentrons nous plutôt sur nos actions, nous avions commander à manger mais seuls Fred, Wasabi et Honey avaient commencer à y toucher, j'étais trop perdu dans mes pensées pour ça, le robot c'était pas vraiment possible et GoGo je ne sais pas pourquoi.
En tout cas une formidable question me vint à l'esprit.

Hiro : Tiens mais c'est vrais, hormis Fred Lee, vous autres, vous ne m'avez jamais dit vos vrais noms.

Wasabi : Ah ouais c'est vrais... Mais moi c'est vraiment Wasabi... Wasabi Atgoul.

Honey : Moi c'est Jena Turin

Baymax : Je m'appel Baymax.

Hiro : Non mais toi je le sais !

GoGo : Moi c'est Léa, Léa Moulin... Mais tu devrais le savoir, je te l'ai dis après qu'on est fait l'amour hier, ah moins que t'étais déjà endormi à ce moment là.

Fred : Vous avez fait l'amour, chouette, c'était comment !?

Hiro : C'était très rapide et court, mais intense.

Baymax : Je confirme, j'ai tout filmé.

Léa + Hiro : Quoi !?

Jena : Je voulais aussi retentait avec Wasabi mais il a mit toute la nuit à faire les préliminaires, alors je me suis endormi au final.

Wasabi : Désoler mais il me faut du temps pour tout préparer.

Cass : Moi j'ai couché avec Mochi !

Tous : Quoi !?

Hiro : Tante Cass, tout sauf le chat !

Cass : Pardon mais j'avais tellement envie et puis... Arg...

Ma tante posa sa main sur la table tout en se tenant le ventre dû à une douleur qu’elle ressentait.
Elle se mit à gémir et sa peau devint pale, d'autres personnes dans le restaurant commencèrent à présenter les même symptômes, et puis au final même Wasabi et Jena passèrent par là.
Ça m'inquiéta au plus haut point, ne sachant pas quoi faire.
Fred monta subitement sur la table en se tenant les cheveux, il était complètement paniqué.

Fred : On va tous mourir !

Et il sauta par la fenêtre.... Ne me demandez pas pourquoi il a fait ça... Mais il l'a fait.
Léa qui était assit juste en face de moi, s'éloigna de ses deux amies de peur en voyant toutes les personnes du restaurant s'arrêtant soudainement de bouger.
Ils étaient au passage tous devenus plus blanc que blanc,, ça ne nous rassuré pas.
Et ce fut le meilleur moment pour qu'une tiers personne arriva dans la grande salle après être sortie des chiottes, il ne semblait pas avoir subit la même chose qu'eux.
Je le connaissais, c'était l'officier Rondoudou de la police de Fransokyo, notre ville, il se comportait de façon bizarre, je vous laisse en juger pour la phrase qui a dit à ma tante à ce moment là.

Rondoudou : Alors j'ai compris le truc, je dois vous accoster en pensant que vous êtes dans votre état normal mais c'est à ce moment là que je découvre que vous êtes devenu un horrible zombie et que vous me sautez à la gorge, c'est ça ?

Justement elle leva sa tête en se direction, révélant ses yeux livides blancs et elle lui sauta dessus avant de le mordre à la gorge et de la lui arracher avec ses dents !
Oh putain ! Des zombies ! Attends mais ça veut dire que... !?
GoGo comprit cela en même temps que moi et sauta sur la table avant que Wasabi qui était à ses cotés de tente de lui faire connaitre le même sort.
Elle me prit en vol et m’entraîna dehors par le biais de la fenêtre cassé, finalement Fred nous aura sauvé la vie même s'il était actuellement écroula par terre, mort, couvert de morceaux de verres encrés dans sa peau.
Une fois hors du danger, pour le moment, je pris mon élan pour dire tout ce que j'avais au fond de la gorge.

Moi : C'est quoi ça !? Des zombies !?

Léa : Je sais, c'est assez surprenant...

Moi : Nos amies sont morts, ma tante aussi, nos costumes sont au pressing et en plus...

Léa : Il manque Baymax.

Moi : Quoi ?

Je tournais mon visage vers l'intérieur du Lucky Cat Café pour voir mon cher ami robot pointer avec son doigt le compte à rebours qui s'était affiché sur son torse.
Il était marqué 20 secondes restantes.
GoGo comprit plus vite que moi qu'il avait prévu de se sacrifier pour essayer d'empêcher l'extension de l'invasion des morts vivants.
Je tentais se retourner à l'intérieur le plus que possible mais elle m'en empêcha et m’entraîne rapidement à couvert derrière d'une voiture tandis que je criais "NON !!!!" juste avant que le bâtiment ne parte en fumée avec le souffle de l'explosion.
J'étais triste... Mais heureusement j'avais un soutien morale à mes cotés.

Léa : Dis toi qu'il a fait pour nous protéger, et que nous allons le venger en trouvant qui a commit ça.

Moi : Quoi ?

Léa : Tu parlais de Baymax, non ?

Moi : Non ! Je m'en fous, je peux le remplacer par un autre ! Non c'est mon gilet qui m'a été remis par Johnny Hallyday himself que j'ai laissé à l'intérieur et maintenant n'est plus que cendre qui me met dans cet état là !

Léa : Ah OK... Regarde une voiture de police.

En effet une caisse de keuf banalisée s'arrêta devant les ruines du café et il en sortit un homme la quarantaine avec une tête en forme de choux fleur.
En nous voyant arriver, il sortit son badge et se présenta.

Konkon : Inspecteur Konkon, police, est ce que vous vu ce qui s'est passé ?

Moi : Oui, les gens se sont transformé en zombie et mon robot s'est sacrifié en se faisant sauter avec le bâtiment.

Konkon : Hum pardon je ne vous écoutais pas... Bref même si ça ressemble à un acte commis par Al-Qaïda... Ce n'est qu'un banal accident, visiblement quelqu'un a éternué trop fort dans sa soupe et il en a explosé, voila affaire classé.

Léa : Sérieusement ?

Konkon : Beau temps pour la saison, vous ne trouvez pas ?

Soudainement Fred, maintenant réveillé en mangeur de chair, sortit de nul part et commença à se délecter du cou du pauvre inspecteur neuneu qui succomba dans son propre sang.
Et comme si ça ne suffisait pas, d'autres morts vivants commencèrent à arriver d'un peu partout, nous étions entrain de nous faire encercler comme des pleutres.

Léa : Nous ne sommes pas équiper pour les affronter, partons !

Moi : Très bonne idée.

Et nous commencions à courir dans les rues vides de la ville en désespoir de cause, le temps d'une petite coupure pub pour aller se vidanger un peu.

POV GoGo

Nous avions réussis à nous mettre à l'abri dans le Manoir de Fred, RIP, et nous nous étions équipés de nos costumes que Heathcliff avait soigneusement préparé pour nous avec une petite tasse de chocolat chauds pour nous deux.
Maintenant il était l'heure de réfléchir au plan et pour cela nous avions une carte d'un vieil entrepôt à l'abandon dans les docks de la ville et le soleil était déjà entrain de se coucher.

Moi : Bon après quelques recherches, j'ai réussis à apprendre par le biais d'un trou dans le script que c'est M. Yama le coupable et qu'il s'est retranché de cet entrepôt avec l'aide de ses nouvelles sbires qui s’appellent les Fujitas.

Hiro : Et tu sais comment il a réussit à transforme tout ce monde en zombie ?

Moi : Un virus acheté au marché noir, mais on ne sait pas par qui il l'a obtenu, faudra lui demander quand nous lui péterons la gueule.

Hiro : Nous partons quand ?

Moi : Tout de suite... Après que sois allé faire un petit tour aux toilettes, je me retiens depuis tout à l'heure.

Je vous passerais les détails de mon séjour aux toilettes, avançons pour un peu plus tard dans la soirée quand nous fumes déposer en taxi devant le grand bâtiment qui pouvait faire peur aux âmes sensibles vue que c'était la nuit.
Je roulais jusqu'à la porte d'entré... Oui il ne faut pas oublier que j'ai des disque au pied donc je ne marche pas, je roule.... Bref Hiro me suivit comme un peu petit caniche et c'est lui qui entra en premier après que j'ai ouvert.
Une fois nous deux à l'intérieur, nos regards se tournèrent vers le Grand Méchant au milieu de la pièce, entourés de ses geishas gardes du corps personnels et à peine il nous vit entrain, qu'il poussa un fort rire.

Yama : Ah n'est ce donc pas ce cher Hiro ?

Hiro : Comment vous m'avez reconnu ?

Yama : Alors déjà en parlant je t'aurais reconnu, et puis rien qu'à cause d'un autre petit détail mais subtile... Tu ne porte pas de masque ! Je vois ton visage, et ta copine c'est pareil !

Moi : Il a pas tort, c'est sympa nos tenues mais seul Fred est masqué sur nous 6, même si on est plus que 2 maintenant.

Yama : Et maintenant je vais me faire un plaisir d'ordonner à mes femmes de mains de vous envoyer là où Jésus fait l'amour... En enfer !

Moi : Stop !

Yama : Hein ?

Moi : J'ai une meilleur idée.

Je pris un de mes disque et le lança devant moi, légèrement incliné vers la gauche.
Il se mit alors à faire un cercle complet autour du mafieux qui vit tout son gang se faire décapiter sous ses yeux avant que mon boomerang personnel me revint droit dans les mains.

Moi : Alors vous ne pensez quoi ?

Yama : Mais c'est pas possible !?

Hiro : Eu... On ne tue pas d'habitude, non ?

Moi : Oh fais pas ton détective binoclard !

Yama : Bon, j'ai encore mon dernier atout sous ma manche, ou plutôt dans mon slip !

Il sortit alors de son froc une M60 et il nous braqua avec, il semblait que nous étions fini mais heureusement le destin était de notre coté.

POV 3ème Personne

Une voix identique à celle de Eddy Murphy se fit entendre de derrière Monsieur Yama.

Eddy : Hey mec, je suis Axel Foley mec !

Il se retourna et ouvrit le feu en gueulant comme un taré, vidant tout son chargeur sur un conteneur avant de se rendre compte, de un, qu'il avait épuisé toutes ses munitions comme un con, et de deux, qu'il n'y avait personne.
Il lâcha son arme et s'approcha du conteneur pour voir un petit bouton dont semblait provenir la voix comme si il s'agissait d'un haut parleur.
Il remarqua donc qu'il s'était fait trompé, il se retourna pour ensuite s’apercevoir que deux personnes manqués à l'appel.

Yama : Ça ne sert à rien de vous cacher, je vous retrouverais !

Femme : En êtes vous si sur !?

Yama : Hein !? Qui a parlé !?


Dernière édition par WAF le Lun 9 Nov - 22:51, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WAF
Le héros des survivants
Le héros des survivants


Messages : 1375
Points : 1379
Réputation : 0
Date d'inscription : 03/05/2013

MessageSujet: Re: Paf le chien   Mar 3 Nov - 15:06

Chapitre Premier :
Comment la famille Stérik a rencontré un immigré.

En l'année 2015, le 14 Octobre à 14 heures, la famille Stérik se promenait au bord du port de Marseille. Monsieur Stérik était pompier, il était un bon homme, il savait respecter et aider les autres. Madame Stérik, quant à elle, était une très bonne cuisinière, mais elle était cependant insomniaque, c'est pour cela qu'elle adorait se promener. Leur fils, Jean-Helmut, passait son temps à regarder le télévision. On lui disait sans cesse qu'il raterait son année scolaire s'il continuait comme cela.
La sympathique famille s'arrêta un instant afin d'admirer les beaux voiliers au large. Les deux adultes étaient émerveillés par ce petit spectacle, mais Jean Jean-Helmut ne voyait pas ce petit spectacle de la même manière. Tout ce qu'il voulait, était de rentrer à la maison pour retrouver son ami le téléviseur.
Tandis que le jeune homme levait les yeux en l'air en soupirant, les parents regardaient, main dans la main, un voilier qui rentrait au bercail. Ils virent une silhouette sur le haut du petit bateau.
Cette silhouette n'était pas celle d'une mouette, mais d'un homme à demi-nu. Cette homme sauta du bateau, fit quelques pirouettes en plein vol pour ensuite atterrir près de la famille Stérik.
Après un tel exploit, l'inconnu se coucha sur le ponton, et sa reposa. Il avait des taches de boue partout, même sur son pagne déchiré. Il était littéralement exténué. Monsieur Stérik et sa famille se rapprochèrent de l'homme allongé. Ce dernier se leva et prononça quelques paroles :

"Bonjour, je m'appel Vincent, Vincent Timètre, mais tout le monde me surnomme le Fugitif. Je me suis échappé d'Egypte car on m’obligeait à travaille, sinon il y avait des coups de fouets qui partaient. S'il vous plait, aidez moi."

Monsieur Stérik le rassura, il lui dit que la famille allait d'accueillir chez eux pendant le temps qu'il faudrait.
Pour le première fois, le Fugitif avait le sourire aux lèvres. Les quatre personnages rentrèrent à la maison. Sur le chemin, madame Stérik demanda discrètement à son mari :

"C'est un immigré si j'ai bien compris ?
- Tout à fait, répondit monsieur Stérik, et avec le temps qui coure, nous allons faire tout notre possible afin qu'il se sente bien ici, en France."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WAF
Le héros des survivants
Le héros des survivants


Messages : 1375
Points : 1379
Réputation : 0
Date d'inscription : 03/05/2013

MessageSujet: Re: Paf le chien   Mar 3 Nov - 21:21

Chapitre Deuxième :
Comment le Fugitif est-il vraiment accueilli à la maison des Stérik.

Il était 19 heures, et le ventre des quatre personnages criait famine.
Monsieur Stérik sortit ses clés, les tourna à double tour dans la serrure et tout monde rentra à l’intérieur. Le Fugitif, quant à lui, rentra calmement dans l'entrée pour ne rien casser. Il pénétra dans le salon et madame Stérik lui apporta de quoi mieux se vêtir : Un jean, un tee-shirt, un caleçon et une grosse paire de chaussette bien chaude. Le Fugitif avait la larme à l'oeil, jamais personne n'avait prit ainsi soin de lui.

"Chérie, s'exclama monsieur Stérik, que dirais-tu de préparer ta bonne choucroute pour le dîner ?
- Excellente idée ! Répondit madame Stérik, je m'y mets de ce pas !"

Le Fugitif fronçait des sourcils et se grattait la tête.

"Choucroute ? C'est quoi le choucroute ?
- LA choucroute, répondit Jean-Helmut avec un large sourire, c'est trop bon, il y a pleins de viandes !
- Jean-Helmut, déclara monsieur Stérik, va t'amuser avec Vincent avec ta nouvelle console de jeu, pour une fois que je t'autorise à y jouer"

Jean-Helmut prit la main de l'Ingénu et se précipita dans sa chambre.
La chambre de Jean-Helmut était grande, il y avait un lit, une télévision reliée à la console de jeu et un ordinateur.

"C'est quoi là-bas, sur le bureau ? Demanda le Fugitif.
- Ah, c'est mon ordinateur, répondit le jeune garçon, c'est super, car on peut rechercher pleins de choses sur Internet.
- Internet ? Murmura le Fugitif.
- Oui, je t'expliquerais un autre jour, répondit Jean-Helmut, mais pour l'instant, jouons à la console de jeu !"

Le Fugitif fait un "Oui" de la tête. Même pas eu le temps d'allumer la console, monsieur Stérik les appela pour passer à table.
Assis devant leurs assiettes de choucroute, madame Stérik alluma la télévision de la salle à manger. Les informations de 20 heures allaient être sur le point de commencer. Assise derrière son bureau, Klère Chazhal annonça le sommaire du journal : La météo, le chômage, la coupe de monde de rugby puis enfin, le sujet tant redouté par le Fugitif, l'arrivé des immigrés en Europe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WAF
Le héros des survivants
Le héros des survivants


Messages : 1375
Points : 1379
Réputation : 0
Date d'inscription : 03/05/2013

MessageSujet: Re: Paf le chien   Mar 3 Nov - 21:38

Chapitre Troisième :
Comment sera l'ambiance pendant le reste du repas avec le journal télévisé.

Toute la famille mangeait la fameuse choucroute, sauf le Fugitif qui s'angoissait rien qu'à l'arrivée de la rubrique du journal TV "L'arrivée des immigrés en Europe". Pour essayer de calmer l'atmosphère, madame Stérik posa une question à Vincent.

"Vincent ? Pourquoi t'appelons nous "Le Fugitif" en fait ?"

Vincent n'était pas vexé qu'on lui posait cette question, il était content qu'on s’intéresse un peu à sa vie. Il répondit donc :

"On m'appel ainsi parce que, tout jeune et encore aujourd'hui, je fuguais à l'arrivée d’événements importants. Ce sont mes professeurs qui m'ont donné ce surnom, mais je le prends très bien, je trouve qu'il me correspond bien."

Les trois Stérik le regardaient droit dans les yeux pendant son petit discours, ils étaient intéressés par l'histoire de Vincent. Lorsque le Fugitif introduisait la dernière fourchette de choucroute dans sa bouche, Klère Chazhal annonça le début de la rubrique tant attendue par Vincent.
La présentatrice commença son discours.

"Les immigrés sont de plus en plus nombreux à vouloir pénétrer en Europe. Les forces de l'ordre sont là pour arrêter toute intrusion. Si par malheur, vous croisez un immigré, emmenez le au commissariat de police de plus proche. Merci de votre vigilance. Notre journal se finit sur ce message, bonne soirée et à demain."

Le Fugitif regarda le Famille Stérik qui le regardait depuis un bon moment avec un sourire contraint.

Note de Maxime Moulin : C'est quoi cette famille de merde !? Sérieusement moi si je ne voulais pas de problème avec la police, je demande juste poliment au mec de partir en lui expliquant la raison. Et puis j'adore le mec égyptien avec un nom qui sonne français, logique ^^
Bon sinon c'est la fin, dites ce que vous pensez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WAF
Le héros des survivants
Le héros des survivants


Messages : 1375
Points : 1379
Réputation : 0
Date d'inscription : 03/05/2013

MessageSujet: Re: Paf le chien   Mar 3 Nov - 22:10

Une journée calme et ensoleillée se déroulait dans la petite bourgade de Monpieulavilloie où vivait au 5 Rue Chirac Monsieur Robert Dabeau.
C'était un homme bien bâti, la cinquantaine, il possédait une calvitie naissante qui laissait peu à peu disparaître ses cheveux cheveux grisonnants. Il avait de larges yeux bleus clairs qui avec ses sourcils froncés en permanence, ne lui donnaient pas un air rassurant. Ce qui n'aidait pas non plus étaient son gros nez souvent rouge, sa barbe mal rasée, sa mâchoire carrée et son ventre bidonnant.
Il était 14 heures ce jour là et comme à son habitude Mr Dabeau était avachi sur le canapé du salon, seulement vêtu d'une paire de chaussette blanche, d'un slip blanc et d'un tee shirt gris mal lavé.
Il regardait une retransmission d'un discours du porte parole du Front National tout en buvant une bière.
C'est alors que la sonnette de la porte d'entrée se fit entendre.
Il se souvint alors que son fils, Michael, l'avait appelé la veille pour lui dire qu'il revenait en France après avoir fait des études en Norvège.
L'homme d'âge moyen alla donc ouvrir la porte et fut surprit de voir son enfant de 21 ans en compagnie d'un autre homme du même âge, les cheveux raides et blonds avec des yeux bleus pétillants.

"Salut pà.
- Hé bien je vois que tu as ramené un souvenir, répondit le père d'un ton désagréable, il est où son marteau au nom imprononçable ?
- Je me présente, Felitz Gotsef, je peux voir que vous avez de forts préjugés à mon encontre.
- Au moins, il sait parler français, c'est le minimum !
- Papa... Tu pourrais nous laisser entrer ?"

Le père obtempéra et laisse les deux jeunes entrer dans la porcherie et s'installer sur l'un des deux canapés du salon, celui semblait le plus propre, tandis que Robert prit l'autre après s'être recherché une canette pour la route.

"Alors comment vous êtes vous rencontré la tête blonde et toi ? Demanda t-il en riant fort bruyamment.
- Hé bien...
- Laisse moi répondre Mich, la réponse est simple, nous étions tout simplement voisins de table. Mais après quelques discutions nous noue sommes découvert des points communs comme le goût pour la littérature de votre pays et que au passage ma mère était française, elle a connu mon père lors d'un de ses voyages et l'a épousé avant de décider de vivre avec lui en Norvège.
- C'est bien, il me rassure, c'est en fait un de chez nous techniquement !
- Vous êtes étroit d'esprit Mr Dabeau.
- Pardon !?
- En quoi cela dérange t-il que je sois norvégien ou français, ou si j'étais russe, huron, turc, belge, etc ?
- Hé bien...
- Parce que je ne mords pas.
- Vous êtes un peu tous les mêmes.
- Tous les mêmes ? Même si physiquement je me rapproche de l'idée du cliché norvégien, et même si beaucoup d'entre nous sont blonds aux yeux bleus, ce n'est pas une généralité, n'est ce pas ?
- Je...
- Si j'avais la même logique que vous, tous les français pour moi porteraient la marinière avec un béret, joueraient de l’accordéon, mangeraient des cuisses de grenouilles à longueur de journée et seraient de parfaits gentlemans. Mais vous êtes loin d'être ce cliché Mr Dabeau et Mich non plus. Que pouvez vous me rétorquer à cela ?
- Hé bien... Je... Comment dire ?"

L'homme mal rasé semblait déjà à court d'arguments comme le seraient la grande majorité des racistes et xénophobes dans son genre dans la même situation.
Felitz décida de se taire un peu pour laisser la discutions entre le père et le fils se dérouler.

"Je ne peux rien répondre à cela, il semble que vous ayez raison.
- Tu vois papa, quand tu veux, tu peux enfin enlever tes mauvaises idées de la tête.
- Ouais, c'est vrais... Bon je vous sers quelque chose ?
- Un orangina, s'il te plait.
- Juste de l'eau, merci."

Robert Dabeau partit dans la cuisine et ramena leur boissons avant de retourner à sa place. Felitz fit alors un petit coup de coude à son ami comme un signal pour qu'il dise quelque chose.

"Au fait papa, je voulais t'annoncer quelque chose, Felitz et moi, nous sortons ensemble."

Les feux jeunes hommes s'échangèrent un petit regard complice avant de faire un petit baiser de couple.
Le père écarquilla ses yeux et fut bouche bée devant ce spectacle, il en tomba même dans les pommes tellement le choc fut dur pour lui.
Il y avait encore un long chemin à faire pour son cas.

Note de l'auteur : Fin, j’espère que ça vous à plus ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WAF
Le héros des survivants
Le héros des survivants


Messages : 1375
Points : 1379
Réputation : 0
Date d'inscription : 03/05/2013

MessageSujet: Re: Paf le chien   Dim 13 Déc - 17:23

Dimanche 13 Décembre 2015

France; Alsace; Bas Rhin; Bischheim

Il était 18 heures, le soleil s'était couché sur cette ville moyenne se trouvant dans l’agglomération de Strasbourg.
Et alors que le vent siffloter et que le moteur des véhicules passant à vive allure se faisaient entendre, un jeune homme de 18 ans du nom de Maxime Moulin était tranquillement entrain de la couler douce.
Il était assit sur le canapé de son salon, fumant une pipe avec sam ai ndroite tout en tenant tenant un verre d'Ice Tea dans l'autre main.
Ce jeune adulte aux cheveux châtains et aux lunettes trop classe, car elles se teintés au soleil, était en pleine discussion avec un ami, Stive People.
Ce dernier possédait une crinière de cheveux noirs et était habillé d'un style steampunk gothique avec un verre de Pepsi dans sa main.
Écoutons un peu ce qu'ils ont à dire.

Stive : Ça s'est passé comment ton dernier voyage avec tes amies chelous ?

Maxime : Il y a du progrès, on était venu à la base pour faire en sorte que Conan et Haibara deviennent le couple principal du Manga, au moins c'est plus Shinichi et Ran.... C'est Shinichi et Masumi, au moins on avance plus que les autres fois.

Stive : C'est vrai, la dernière fois, Gosho à fini à l’hôpital, je ne sais même comment exactement mais bon.

Maxime : C'est très simple, on était dans la simulation, tu vois ? Malheureusement o ns'est planté d'endroit et on s'est retrouvé au QG des Hommes en Noirs... Oh regardes !

Max pointa du doigt la fenêtre la plus proche de lui, où on pouvait voir à travers un faisceau de projecteur éclairé le ciel avec une silhouette de lapin, c'était le signal.

Maxime : Le devoir m'appel !

Il se leva, revêtit son costume de justicier lapin, ouvrit la fenêtre et s'élança dans la nuit sombre, laissant en plan son ami.
Entre temps sur le toit du commissariat de la ville, se trouvait le Commissaire George Monlard.
Un homme, 57 ans, une grosse moustache velu, les cheveux gris clairs, des grosses lunettes et la peau toute ridée.
Il avait lancé le Pinsignal et il attendit l'arrivé son son ami de l'ombre qui arriva bien vite, sortant de nul part comme d'habitude.
George le regarda alors bien en face avant de s'allumer une clope et prendre une bonne bouffer avant de causer.

George : On a un problème.

Pinou : Je me doute sinon vous m'auriez pas fait venir.

George : Un fan de MitsuAi a prit en otage une jeune femme nommé Silvia dans un vieil entrepôt à l'Est de la ville. Il exige que Gosho Aoyama fasse des scènes plus hot entre les deux personnages sinon il tuera la femme.

Pinou : Des scènes hot entre la Superbe Chimiste et l'autre ringard ? Jamais !

George : Gosho le pense aussi, c'est pour cela que vous devez vous y rendre et sauver la femme ainsi que neutraliser le malfaiteur, je compte sur vous.

Pinou : C'est comme si c'était fait.

Le commissaire tourna le regard vers le signal.

George : Et cette fois ci, ne tuez pas le malfaiteur s'il vous plait.

Et voulut regarder à nouveau Pinoulelapin mais ce dernier s'était déjà volatiliser, il soupira et se dit qu'il allait avoir de la paperasse à remplir.
A l’entrepôt en question, il y avaient de nombreux véhicules de police qui encerclaient la zone et les journalistes étaient arrivé pour faire du rien.
Et à l'intérieur dans une grand salle très sombre avec plusieurs étagères contenant des caisses fermés, se trouvait le malfaiteur, armé d'une AK 74 et faisait les 100 pas devant la femme prénommé Silvia, jeune blonde à forte poitrine stéréotypée, qui avait les mains attaqué dans le dos et se trouvait allongé sur le sol glacial.
Elle pleurait à chaude larme et elle priait pour qu'il ne la tue pas.
L'homme lui était en stress complet et il était pas vraiment patient.

Méchant : Rhaaaaa, qu'est ce qu'il attend ce Gosho !!?

Silvia : Ne me tuez pas, s'il vous plait !

Méchant : Ferme là, je réfléchi !

Silvia : Pitié !

Méchant : Mais tu vas la fermer ta...

??? : Et la politesse, elle s'en est allé à Jacta Est ?

L'homme entendit cette voix venir d'au dessus et il tira en sa direction comme un fous, ne touchant rien puisqu'il n'y avait personne.
Non à la place il n'avait touché que des caisses et aussi perdu des munitions pour rien.
Finalement il sentit une présence derrière lui et se retourna subitement, seulement pour se retrouver avec le canon d'un Franchi Spas 12 braquer sur sa tête. Son possesseur était le célèbre justicier masqué, Pinoulelapin.

Pinou : Celle là, elle va t'en faire perdre la tête.

Poum ! Le type n'avait plus rien au dessus des épaules et Max avait son costume qui était taché de sang maintenant, c'était dégueulasse.
Le corps du bonhomme tomba à la renverse et le femme semblait ravi de voir qui était son sauveur.

Silvia : Oh vous êtes Pinoulelapin, je suis votre plus grande fan, libérez moi et je deviendrais votre acolyte, nous combattrons le crime ensemble, je m’appelais Pinettelalapine. On formera un super duo, Pinou et Pinette ! Au fait je m'appel Silvia Marsome, retenez bien ça ,c'est important et vous vous êtes qui ? Vous pouvez me le dire ! Hein !?

Pinou : Tu parle trop, je vais laisser le GIPN... Oh pardon, le RAID s’occuper de toi, à plus.

Silvia : Mais non attendez ! Revenez ! J'ai de l'argent vous savez !? Hé oh !

Trop tard, il était déjà loin, le Loup Solitaire un peu blasé sur les bords.
Il était même déjà dans sa Pinmobile entrain de faire du 150 sur une nationale, il était fous mais ça c'est parce qu'il avait la classe.
Retrouvez le prochainement dans le Volume 2 de ses aventures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WAF
Le héros des survivants
Le héros des survivants


Messages : 1375
Points : 1379
Réputation : 0
Date d'inscription : 03/05/2013

MessageSujet: Re: Paf le chien   Dim 13 Déc - 18:36

Lundi 14 Décembre 2015

Toujours Bischheim

Maxime Moulin alias Pinoulelapin, vivait dans un appartement au dernier étage d'un immeuble de 3 étages avec ses parents qui auront autan d'utilités dans cette fiction que les parents dans les animés japonais habituels.
Il avait 4 chat dont une femelle, 4 rates mais pas de lapins, hé oui vous pensiez le contraire, hé bien non.
Il était 10 heures et quart ce jour là et le jeune héros se trouvait assit sur la couverture bleu de son lit, sa main droite caressait son chat, Pinou, qui avait le QI d'un lapin et son autre main était entrain de tenir son portable.
Puisque il était en pleine conversation téléphonique avec un ami du groupe de fans français CoAi dont il faisait parti.

Maxime : Allez steuplé Sylkabe !

Sylkabe (Téléphone) : Non c'est non !

Maxime : Mais allez, j'ai vraiment besoin de l’utiliser.

Sylkabe (T) : La dernière fois que je t'ai laissé touché au portail interdimensionnel, tu t'es barré dans l’univers de Rosario + Vampire pour vivre ta vie avec le personnage de Mizore Shirayuki, ça n'a pas plus à Akihisa Ikeda et on a été obligé de te ramener de force. Alors non tu n'y touche plus et on ne le l'utilisera QUE pour l'univers de Détective Conan.

Maxime : T'es pas drôle !

Sylkabe (T) : Bon je te laisse, je dois nourrir les Détective Boys, à plus.

Max était un petit peu énerver, il jeta donc son phone à travers la fenêtre, touchant un voisin au passage.

Voisin : On ne peut même plus se bronzer sur le toit alors qu'il fait -12 sans se faire attaquer par des Nokia, mais où va le monde !?

Maxou s'en fichait royalement de ce que gueulait l'autre type, à la place, histoire de se détendre un peu, il alluma la télévision en tapant des mains.
Il tomba sur I-Télé où il y avait un Présentateur avec une face de bouledogue et qui avait le regard sévère, centré sur la caméra.

Présentateur (TV) : Comme nous le disions plus tôt, le Professeur StrongHold est toujours porté disparu, ça fait déjà 3 semaines. La police n'a aucune nouvelle piste sur sa disparition, ils savent juste qu'avant sa disparition, il aurait eu une visite de 4 de ses élèves, les témoins n'arrivent pas à fournir un portrait robot adéquates de ces 4 personnes. Mais ils ne doivent pas être innocents dans cette histoire.

Maxime : Mieux vaut que je change de chaîne.

Il zappa sur NT1 où il y avait l'émission Super Nanny qui passait.
On pouvait voir la Super Nanny actuelle, Sylvie Jenaly, débarquer dans la chambre de Lucie Thiémont en mode furax.
Cette dernière était une ado de 16 ans, rousse aux cheveux longs, lisses et soyeux avec une mèche violette, puis en plus un jolie visage mince, un nez fin, des yeux biens placés et verts, un cou de taille moyenne et des oreilles pas trop écarté.
Elle faisait 1M84, ce qui est quand même pas mal grand et avec une silhouette mince et la peau clair.
La rouquine ne fit pas attention à la Nanny qui venait de débarquer et préféra continuer à lire sur son ordinateur le Hentai qu'elle avait téléchargé et qui concernait le couple Shinichi Kudo et Shiho Miyano, de Détective Conan mais ça je pense que vous le saviez.
Je ne vais pas en dire plus sur le Hentai en lui même, je risque de froisser les plus vieux.
Autant dire que Sylvie est très en colère de la prendre en flagrant délit, tellement énervée qu'elle prit l'écran d'ordinateur et le jeta par terre avant de l'écraser violemment.
Ce qui ne plus pas à Lucie qui se leva d'un bond, complètement révoltée.

Lucie : Hé mais tu es complètement tarée, tu n'as pas le droit de faire ça !

Sylvie : Si, je suis Super Nanny !

Lucie : Je vais le dire à mes parents !

Sylvie : Ah mais tes parents sont morts petite et maintenant tu as un choix, soit tu te soumets au ShinRan, soit tu iras les rejoindre !

Lucie prit peur et recula face à la menace qu'il y avait face à elle.
Et pendant ce temps devant l'écran, Maxime s'était revêtu de son costume de lapin préféré dés qu'il avait senti que ça ne tournait pas rond.
Il était entrain de s'échauffer les jambes pour ce qu'il s'apprêtait à faire.
Dés qu'il fut enfin près, il tapa dans les mains et fonça droit vers l'écran avant de sauter dedans et débarquer directement dans la chambre de l'ado en sortant de la caméra.
Ouais, c'est pas une fiction classée surréaliste pour rien, même les 3 personnages dans la pièce, le cameraman compte, étaient complètement sur les fesses de voir ça.
Le super héros en costume lapinesque qui plaisait aux filles atterrit droit sur ses pattes et pointa du doigt la vilaine méchante.

Pinou : Ne touche pas à un cheveux de cette jeune demoiselle !

Sylvie : Et sinon quoi ? Tu n'es même pas armé.

Pinou : Je... Ah ouais merde ! Oh mais quel con !

C'est à ce moment là que le cameraman se décida à servir à quelque chose en balança son énorme caméra vers l'avant, tapant durement à l’arrière du crane du lagomorphe qui se retrouva alors assommé sur le coup.
Sylvie ricana en regardant l'homme costumé à terre, ne remarquant pas que Lucie avait subtilement prit une paire de ciseaux.
Elle l'utilisa pour poignarder la femme sévère dans le cou mais tout ce que ça fit c'est un "ting" comme si elle venait de frapper une machine.
Super Nanny se retourna et elle ainsi que son cameraman eurent les yeux qui devinrent rouge comme dans Terminator.
Il y avait comme anguille sous roche dans cette histoire.


Dernière édition par WAF le Dim 13 Déc - 21:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WAF
Le héros des survivants
Le héros des survivants


Messages : 1375
Points : 1379
Réputation : 0
Date d'inscription : 03/05/2013

MessageSujet: Re: Paf le chien   Dim 13 Déc - 21:52

Le Même Jour

Lieu Inconnu

Nous avions laissé Pinoulelapin assommé par le cameraman de Super Nanny dans le précédent volume, hé bien nous le retrouvons maintenant dans une pièce sombre, seulement éclairé par une lampe au plafond qui vacille.
Max lui est solidement attaché à une chaise en bois au milieu de la pièce par des cordes.
Oui c'est super cliché mais c'est comme ça.
Le voila qui se réveil enfin, avec encore une sale douleur au crane.
Il prit vite confiance de la situation dans laquelle il se trouvait et observa les environs pour seulement voir une porte à 5 mètres devant lui, fermé.
Il était seul, donc il pouvait se permettre de parler à voix haute.

Pinou : Je suis dans un beau merdier mais au moins mon costume est nickel.

Il essaya de se détacher mais en vain.

Pinou : Celui qui m'a attaché avait une bonne puissance. Bon dés que je me sors d'ici, il faut que je prévienne de l'aide, mais qui ? Sylkabe ? Non il ne voudra, pas après toutes les saloperies que j'ai fais dernièrement avec son portail interdimentionnel. Aaron maïster ? Non mieux vaut pas, c'est lui essayerait de me tuer ensuite. Mélianne ? Non, je ne veux pas risquer de la perdre à cause de mon imprudence. La nouille ? Elle doit avoir cours donc c'est non. Shiho ? Je connais pas son numéro, ça règle le problème. Neiji3 ? Non, lui je l'utiliserais quand dernier recours. Eyto ? Autant le laisse écrire la suite de Delta en paix.

Maxime laissa tomber de ce coté là pour le moment, à la place il chercha un moyen de se diffère de ses liens.
Il eut alors une idée, une brillante idée.

Pinou : Bon le narrateur, tu pourrais m'enlever les liens, ça me gène.

J'attends le s'il te plait.

Pinou : S'il te plait.

Voila, ses liens disparurent, et il put se lever de sa chaise.

Pinou : Je pourrais avoir Excalibolg comme arme cheaté, histoire de passer le chapitre sans problème, please ?

Tu rêve ! Débrouiller toi avec ce que tu as, c'est à dire rien.
Et maintenant suis le script !
Hum hum, Maxime entendit alors du bruit venir de derrière la porte.
Il se mit en position de Bruce Lee au cas où, même si c'était juste pour le frime car ce ne maîtrisait aucune technique du maître, il valait pas les Shuichi et Masumi de ce coté là.
La porte s'ouvrit en un grincement, révélant un visage connu du jeune français.
Ce n'était autre que... tin tin tin tin....

GOSHO AOYAMA !!!!

Hé oui lui même en chair et en os, qui s'avança vers Maxime d'un air un peu tendu et avec un couteau suisse dans main droite.

Gosho : J'ai enfin réussis à te trouver, maintenant suis moi, nous devons partir.

Pinou : Vous savez parler français !?

Gosho : Moins fort ! Et oui je le sais, il le fallait bien, la France est le deuxième plus gros consommateur de Manga après le Japon.

Pinou : C'est un honneur, mais qu'est ce que vous faites là ?

Gosho : Je t'expliquerais tout une fois dehors, allez suis moi.

Max commença à suivre très brièvement son sauveur, très brièvement pourquoi ?
Et bein parce que à peine arrivé au seuil de la porte que Super Nanny apparut devant Gosho et le chopa à la gorge avant de le soulever avec une force herculéenne à 10 cm du sol.

Sylvie : Hé bien, qu'est ce qu'on a là ? Vous êtes perdu Monsieur Aoyama ?

Gosho : Baka...

En réponse, elle lui fit crac le coup et balança son corps comme un vulgaire fan CoAyu sur le sol.
Maxime quand à lui recula jusqu'à derrière la chaise pour la prendre et la soulever, et ainsi l’utiliser comme arme.
Dés qu’elle fut assez proche, elle la frappa avec, ce qui détruisit l'objet en bois et ne fit presque rien à la femme stricte qui changea ses yeux pour les faire devenir rouge.

Sylvie : Je crois que je vais te tuer.

Pinou : Eu... Tu veux pas me raconter une blague plutôt ?

Sylvie : Très bien. C'est un arabe, un bougnoule et un français qui sont dans un avion en route pour Manhattan...

Pinou : Laisse tomber !

On a frôle de peu une révolte antiracisme.
Bref, en voyant pas d'autre choix s'offrir à lui, le héros mit ses mains dans une position bizarre pour faire une technique de téléportation.

Pinou : Watashi o suimasu !

Et hop il disparut devant ce robot tueur pour finalement apparaître dans sa chambre, en lieu sur.
Il put alors souffler et s'asseoir sur son fauteuil en cuir noir, et ainsi se relaxer un peu.

Pinou : Je l'ai échappé belle ! Mais c'étaient quoi ces T-800 ? Et pourquoi Gosho m'a t-il sauvé la vie ? Et qui est d'ailleurs tout ça ?

Il posa sa main sous son menton avec un air d'homme en pleine concentration.
Puis finalement il poussa un petit râle en faisant le signe qu'il était désintéressé avec sa main.

Pinou : Je verrais demain, maintenant c'est branlette !

Il retira alors son costume pour allait faire des choses qui ne concernent pas notre public.
Mais sachez une chose, il avait une tort de ne pas prendre ça plus au sérieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WAF
Le héros des survivants
Le héros des survivants


Messages : 1375
Points : 1379
Réputation : 0
Date d'inscription : 03/05/2013

MessageSujet: Re: Paf le chien   Dim 13 Déc - 22:59

Mardi 15 Décembre 2015

Bischheim; Lycée Marc Bloch

Maxime Moulin était actuellement en Première Littéraire, oui il a redoublé deux fois, une fois parce qu'il avait mit 300 jours à savoir où se trouvait le lycée et l'autre fois c'était... Chaud et Bambi, c'est tout ce que je peux dire pour éviter de passer en Rated.
Là il avait cours de Philosophie avec Mr Pronchard, un vieux avec de longs cheveux teints en bleu, un bouc teint en rouge et d'énormes rouflaquettes teintes en blanc.
Ils étaient 30 élèves dans la classe dont 20 filles, je vous laisse calculer le pourcentage si c'est votre tripe à vous.
Maxime était bien entendu au premier range et dans la rangée du milieu, donc juste devant le bureau du prof.
Il avait en voisin de table Jean-Jean Jean, un gros toxico qui passait son temps aux toilettes pour se fumer un oinj.
Il était mal rasé, le crane rasé, de grosses joues qui allaient bien avec son crane en forme d’œuf. Il n'avait pas de sourcils et il était bronzé de couleur de peau.
Je vous laisse imaginer le spécimen, pendant ce temps Maxime lui se concentre temps bien que mal au cours, même si son cerveau zappé vite sur d'autres sujets mentaux plus intéressant. "Serais je puceau encore combien de temps ?" ou "Dois je demander à Neiji d'aller voir un psy ?" et aussi "J'ai hâte de voir le dernier épisode de la Saison 9 de Doctor Who !"
C'est à ce moment là évidemment quand Maxime n'avait pas toute sa concentration, que le prof décida de lui poser une question.

Pronchard : Alors Maxime, que penses tu du désir d'offrir infailliblement quelque chose quand tu n'as plus rien un soir d'hiver ?

Maxime : C'est cool ?

Pronchard : Tout à fait, c'est cool ! Laissez moi vous expliquer pour quoi !

Jean rigola et me tapota du coude.

Jean-Jean : Comme tu l'as eu le prof !

Maxime : C'est rien, c'est parce que je suis trop fort, tu vois ?

Jean-Jean : Mais oui c'est ça, et je suis le pape.

Pronchard : Moins fort vous deux.

Ils obéirent au prof comme de bons élèves, et le cours continua tranquillement sans problème.
Jusqu'au moment où quelqu'un entra dans la salle de classe en trombe, armé d'un fusil à pompe bullpup connu sous le nom de Kel-Tec KSG.
C'était Lucie qui avait maintenant un bandeau rouge autour de la tête, lui donnant déjà une allure plus guerrière.
En plus elle était torse nue avec juste juste un soutient gorge, voila.
Maxime écarquilla les yeux sans trop comprendre la situation.
Le prof lui resta calme comme tous les autres élèves et il s'approcha vers la dame.

Pronchard : Que voulez vous ?

Lucie : Emmenez lui, et que vous arrêtiez de jouer la mascarade.

Ceci dit, elle lui tira dans la tête avec le fusil, celle ci explosa.
Libérant un liquide bleu un peu partout qui sortait des circuits du prof.
Max n'en croyait pas ses yeux, c'était un robot !
La machine tomba à terre et se désactiva, alors qu'au même moments quasiment tous les élèves se levèrent de leur sièges, leurs yeux devenant rogues vif.
Le jeune Moulin sursauta et regarda aussi son camarade de classe qui lui était resté assit et n'avait pas les yeux rouges, avec un regard de supplication.

Maxime : Jean-Jean, tu n'es pas un robot toi aussi !?

Jean-Jean : Ah non mais moi je suis juste hyper défoncé, c'est tout.

Lucie : Viens avec moi si tu veux vivre !

Les élèves commencèrent à marcher droit vers les deux loulous, Maxime n'eut donc d'autre choix que de suivre la fille qu'il avait sauvé la veille.
Ils parcoururent les couloirs du bahut en courant comme des petits fous, avec de nouveaux élèves robots sortant des salles de classes dés qu'ils passaient à cotés de celles ci.
Ils passèrent par l'escalier B leur menant jusqu'au hall où les surveillants robots étaient réunit pour leur braver le chemin.
Mais c'était sans compter sur Lucie et son fusil chargé qui dégomma tout ceux sur leur chemin jusqu'aux portes de sortie, ce qui en fit 3 au totale qui perdirent tous la tête.
Elle savait bien viser pour son age car faut pas oublier que c'est pas les Etats Unis ici.
Arrivé dehors, elle entraîna le VIP assez loin en regardant derrière pour voir si ils les avaient suivi mais c'était bon, il n'y avait personne.
Elle le lâcha donc et ils reprirent un peu leur souffle.
La cour avant du lycée était déserte, ce qui n'était pas forcément rassurant car ce n'était pas normal ça.
Le débile... Hum Maxime pardon, prit son portable, ce que Lucie remarqua.

Lucie : Qu'est ce que tu fais ?

Maxime : J'envois un SMS à Stive, il faut qu'il vienne voir ça.

Lucie : Non surtout pas, et puis il est peut être des leurs à cette heure ci.

Maxime : Oh tu dis n'importe quoi, je l'appels.

Elle lui prit alors l'Acer de ses mains et le jeta au sol avant de l'écraser avec les rangers qu'elle portait.

Maxime : Oh, encore un portable de pété !

Lucie : Te plein pas, tu aurais pu mourir.

Maxime : Et sinon t'as pas froid dans cette tenue ?

Lucie : Sérieusement ? Tu n'as pas de meilleurs questions à me poser ?

Maxime : Non, je m'inquiète pour ta santé, vois tu.

Lucie : Oh... Merci c'est gentil, mais ça va, je suis très chaude... Enfin je veux dire, je...

Maxime : Des flics !

Lucie : Hein ?

En effet, une voiture de police arriva, les gyrophares éteints et s'arrêta à deux mètres des deux persos principaux.
Deux policiers nationaux en sortirent, l'un plutôt T-1000 et l'autre Ned Flanders dans le look. Voila le Bourru et le Moustachu.
Ils s'approchèrent et le costaud sortit une matraque télescopique devant le regard étonné de son collègue.

Moustachu : Qu'est ce que tu fais ? C'est surement trois fois rien alors ne va pas les tabasser sans raisons.

Bourru : Merci de m'avoir amener jusqu'ici, tu ne me sers plus à rien.

Moustachu : Quoi ?

Il se retourna en lui foutant un coup de matraque tellement fort que la tête de l'autre se retourna littéralement.
Maxime fut horrifié et Lucie elle s'en était douté depuis l'arrivé des flics et avait reprit la main de Max pour se barrer.
Ce qu'elle fit, et plutôt vite, en mode gazelle.
Mais le robot lui était plutôt du genre guépard et il piqua un petit sprint avant de plaquer Lucie au sol puis ensuite quand il l'avait en face à face, il utilisa sa force pour essayer de lui choper le cou.
Elle tenta de le repousser du mieux qu'elle put mais c'était très dur, et son arme avait glissé trop loin d'elle.
Mais pas trop loin de Maxime qui dans un élan de bravoure qu'il n'a jamais connu, il se précipita dessus pour le ramasser.
Il fonça ensuite vers les deux au sol et foutu un coup de cross au policier qui fut dégager de la fille, ainsi Maxime put le finir avec une balle ne pleine tête avant de sortir une punchline.

Maxime : Tu me diras si il y a un paradis pour les machines... Oulah, elle était nul celle là !

L'adolescente de 16 ans se releva non sans mal et reprit son pompe tranquillement avant de regarder Maxime très sérieusement.

Lucie : Tu comprends maintenant ce que je voulais dire avant ?

Maxime : Ouais, mais ça veut dire qu'on ne peut faire confiance à personne ?

Lucie : Si, une personne, et je t'emmène la voir.

Maxime : Et c'est qui ?

Lucie : Tu le sauras au prochain chapitre.

Maxime : Rhoooo !

Et il la suivit jusqu'à une destination inconnu pour voir une personne inconnu.
Suite au prochaine épisode.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WAF
Le héros des survivants
Le héros des survivants


Messages : 1375
Points : 1379
Réputation : 0
Date d'inscription : 03/05/2013

MessageSujet: Re: Paf le chien   Mar 15 Déc - 14:26

Même Jour

Au Parc Ginoka de Bischheim.

Maxime était maintenant vêtu de son costume de Lapin favori que Lucie lui avait remit en chemin mais elle n'avait pas voulu lui dire comment elle l'avait obtenue car il était censé se trouvait dans une salle super sécurisé avec des bébés ninjas et des mignons petits chatons qui barrent la route.
Mais enfin bref nous ne sommes pas là pour parler ça. Il avait suivit l'ado en tenue rappelant un peu l’univers de Cobra jusqu'à un grand arbre inondant une verdure petite verdure avec des mines crottes de chiens un peu partout, fallait faire gaffe où l'on marchait pour ne pas mourir d'une façon ridicule.
Quand ils arrivèrent devant l'arbre, Lucie s'arrêta et Maxime le regarda, intrigué.

Pinou : Il s'appel Mojo, c'est ça ?

Lucie : Non, regarde plutôt.

Elle actionna une branche, ce qui ouvrit un passage devant eux au sein de lu grand chêne avec un escalier descendant.
On aurait cru une cachette de méchants de James bond.
Elle s'y aventura, toujours suivi par le jeune homme qui ne voulait pas la perdre de vue et qui ne savait plus où donner de la tête avec tous les trucs délirants qu'il voyait, un peu comme vous lecteurs, n'est ce pas ?
Arrivant tout en bas, la passage se referma derrière eux et ils débouchèrent sur un couloir avec les lumières allumés.
Et quelqu'un vint à leur rencontre, un homme ,la trentaine, teint basané, la coupe au bol de couleur noir. Il était imberbe, de carrure sportive et avec des bons muscles ni trop trop gros ni pas assez, juste comme il faut.
Il portait un tee-shirt avec le gros crane de mort bien connu, ce que Max trouva classe.

Pinou : Nice !

Paul : Paul Duquart, DGSI, content de voir que vous êtes arrivé seins et saufs, tu t'es bien assuré de ne pas être suivi ?

Lucie : Oui, bien sur.

Paul : Cool, bon suivez moi, j'ai quelqu'un à vous montrer, toi Maxime Moulin, tu l'as déjà rencontré lors des voyages avec tes amies.

Pinou : Tiens je me demande qui.... C'est Heiji, c'est ça ?

Paul : Non.

Lucie : Ne perdons pas de temps, on te suit.

Il dû obéir à la rousse qui savait se faire respecter.
Ensemble ils marchèrent dans un dédale de couloir, vide, jusqu'à arriver dans une pièce avec une table ronde et un grand écran sur le mur.
Il y avait déjà quelqu'un dans cet pièce, assit sur un trône en velours.
Son regard glacial qui pouvait te traverser comme une balle, ses cheveux uniques de feux, son visage de porcelaine, sa peau de cire et son coté métissé rappela à Maxime ce en quoi ça faisait son charme, mais il manquait quelque chose.
Ce petit truc aussi qui fait qu'elle est ce qu'elle est.

Paul : Vous le connaissez déjà, c'est Maxime Moulin.

Aï : La chose déguisée en lapin là qui bave en me regardant avec stupéfaction ? Je me demande vraiment comment j'arrive à faire un tel effet mais bon, je fais avec, et puis c'est toujours bien d'avoir des chiens chiens obéissants à sa disposition, ça peut être utile.

Elle avait dit ça avec son ton habituelle en glissant un petit sourire narquois à la fin.
Voila c'était ça, son sarcasme et son ironie, c'était ce qui manquait !
Et comme dit par la grande déesse, Maxime était complètement en transe devant elle.
Il était entrain de s’imaginer dans une mairie lors d'un mariage, son mariage, et il y avait beaucoup d'invités pour l'occasion et c'étaient principalement des auteurs de fictions CoAi bien sur venant de tout le web bien sur.
Devant lui, se tenait sa dulcinée, Shiho Miyano sous sa forme de jeune femme de 18 ans, elle était ravissante dans sa robe blanche.
A leur coté se trouvait Lévannah, aussi connu comme la nouille ou Madame le Maire de CoAi City, qui était donc celle qui allait les faire s'unir.
Arriva le grand moment.

Lévannah : Pinouichi, veux tu prendre pour épouse la grande déesse que nous adorons tous et toutes ?

Maxime : Evidemment.

Lévannah : Et vous Shiho ?

Shiho : Bien sur, je l'ai toujours aimé de toute façon, Shinichi c'était du faux.

Lévannah : Hé bien si quelqu'un est contre cet union, qu'il s'exprime maintenant ou se taise à jamais.

??? : Moi !

Un homme se tenait au milieu de la rangée, armé d'une drôle d'arme, "un genre de lance missile rouge sang métallisé mixé avec une imprimante et un scanner", vous aurez donc comprit de qui on parlait.
C'était bel et bien Sylkabe avec son C0-AI-Gun personnalisé à la Saints Row, il ne semblait pas très bien apprécié le mariage entre ces deux personnes.

Sylkabe : La prophétie doit se réaliser !!!! Ahahahahahahahahhagfgyfrggyerygrhh !!!!

Le disque sur l'arme commença à tournoyer, une voix synthétique se fit entendre annonçant le lancement de la bête et une aura violette bleuté immobilisa Shiho sur place.

Sylkabe : TU AIMERAS CONAN !!!!

Heureusement, une paire de ciseaux vola à travers la pièce en tournoyant avant de finir dans la gorge du type dangereux.
C'était Neiji qui revenait des toilettes et qui avait de bons réflexes et une bonne précision.

Sylkabe : Même... Pas mal !

Il rigola moins quand se fut une roquette qui le fit taire, envoyé par Aaron et sa grosse arme à lui.
La cérémonie pouvait désormais continuer au calme.

Lévannah : Allez, embrassez vous !

Maxime pencha alors sa tête vers sa femme et posa ses douces lèvres sur les siennes, échangeant son premier baiser dans sa petite vie insignifiante.
Mais bon, il retourna bien vite dans la dure réalité et quand il rouvrit les yeux, il constata que ces douces lèvres humides étaient celles de Paul.
Max, constatant ce qu'il était entrain de faire, sauta en arrière pour se coller contre le mur avant de regarder les alentours avec peur.
Lucie s'était facepalm en voyant ça alors qu'Haibara avait maintenant son coude droit sur la table avec sa tête posait sur son poing avec le regard le plus blasé du monde.
Paul quand à lui... semblait avoir plutôt bien apprécié la chose et il se lécha les babines.

Paul : Tu arrêtes déjà ?

Pinou : C'était un malentendu !

Aï : Non c'est bon faites comme si nous étions pas là, c'est pas comme si il y avait des robots tueurs qui semaient la discorde à la surface.

Pinou : Elle a raison, asseyons nous.

Paul : Dommage mais bon d'accord.

Tout le monde alla s'asseoir et c'est Maxime qui ouvrit le débat en posant une question à l'invitée prestigieuse.

Pinou : Conan n'est pas ici ?

Aï : Si, mais le voyage entre nos deux mondes ne lui a pas fait du bien.

A ce moment là, en parlant du loup, celui ci arriva nu comme un vers en bougeant ses bras comme des ailes, il semblait sain d'esprit.

Conan : Je suis une mouche ! Bzzz bzzz bzzz bzz bzzz !

Il fonça alors droit dans le mur, se tapant le crane au passage puis tomba lourdement sur le sol en arrière, inerte.
Aussitôt Haibara afficha de l'inquiétude et se précipita sur lui pour l'analyser.
Son émotion se changea en du soulagement puis de la joie, elle fit même un sourire charmant, Maxime prit une photo discretos sans se faire voir avec son Samsung Galaxy S5.
La fausse jeune fille retourna alors à sa chaise en reprenant son masque habituel sur son visage puis se racla un peu la gorge.

Aï : Rien de grave, et heureusement c'est temporaire.

Pinou : Sinon, juste comme ça, vous êtes venu comment ? Pas par le portail de Sylkabe, je suppose.

Paul : C'est top secret, mais je pourrais t'en dire plus si tu....

Pinou : Bon et sinon c'est qui le grand méchant ?

Lucie : LA GrandE MéchantE.

Pinou : Vermouth ?

Lucie : Non, c'est...

Elle fit alors le fameux regard qui voulait dire que l'épisode allait se terminer.

Lucie : Ran Mouri.

A suivre !

Pinou : Tu peux pas faire ça !

Je suis le narrateur donc je fais ce que je veux, allez à plus les lecteurs !


Dernière édition par WAF le Mar 15 Déc - 20:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WAF
Le héros des survivants
Le héros des survivants


Messages : 1375
Points : 1379
Réputation : 0
Date d'inscription : 03/05/2013

MessageSujet: Re: Paf le chien   Mar 15 Déc - 19:59

La date et l'endroit n'a pas changé, no stress ^^

Les 4 personnages étaient toujours assis à la table ronde avec Conan qui était tout nu et dans les pommes non loin d'Haibara.
Les filles avaient le regard bien sérieux et concentré sur la situation, Paul matait tranquillement son nouvel amour et celui ci était un peu perdu après ce qu'il venait d'entendre.

Pinou : Excusez moi, j'ai dû mal entendre. Ran Mouri !? On parle bien du saumon à la cervelle d’huître qui a autant de rôle qu'une plante verte dans la majorité du manga !?

Aï : Ça m'a fait bizarre à moi aussi au départ, mais oui.

Pinou : Mais, comment ?

Paul : Ce qu'on sait chez nous aux services internes, c'est qu'elle vous a suivit lors du retour de votre dernier voyage dans l'univers de Détective Conan, d'ailleurs Gosho l'ayant remarqué l'avait remplacé par un poisson rouge nommé Bubulle et tout le monde n'y a vu que du feu. Dommage qu'il soit mort maintenant...

Lucie : Elle se révèle être plus intelligente qu'elle en a l'air, et son attaque sur moi était pour t'attirer toi dans son piège.

Pinou : Enfin c'est pas cohérent, il y avait peu de chance que je regarde NT1 à cette heure ci.

Lucie : Pourquoi toi ? Hé bien son but à l'air d'éliminer toi et ta bande pour que le ShinRan puisse continuer mais elle n'avait pas prévu qu'un de ses robots bute "accidentellement" Gosho, maintenant elle est surement un peu perdue.

Pinou : Pourquoi elle ne m'a pas fait tuer directement alors, au lieu de m'enlever comme ce qui s'est passé ?

Lucie : On ne sait pas où elle est pour l'instant mais on a une bonne piste.

Pinou : Mais...

Aï : Laisse tomber, elle esquivera toutes tes remarques sur les incohérences du scénario.

Pinou : Et ça ne te dérange pas chère Haibara ?

Aï : Oh plus rien ne me choque depuis que j'ai tapé "Hentai Conan Haibara" tout à l'heure sur google et que je suis tombée sur une section consacrée à moi sur nhentai, j'en ais lus quelques uns.... Je ne sais pas si je devrais être flattée ou dégoutté.

Pinou : N'en dis pas plus... Bon Lucie, c'est quoi la piste ?

Lucie : Un vendeur de kebab l'aurait vu à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.

Paul : Vous deux vous allez ensemble avec une tierce personne là bas tandis que je resterais ici pour garder un œil sur nos protégées.

Pinou : Et c'est qui la tierce personne ?

Paul : Bah Slimane-Baptiste Berhoun bien sur !

Un gros "Gné ?" vint marqué le front du super héros alors que l'acteur français venant d'être nommé entra dans la pièce avec son sourire habituel et il s'avança vers Haibara.
Et c'est au moment où tout le monde s'y attendait le moins, qu'il lui colla une énorme claque, tout sourire.

Slim : T'aime ça, hein !? S*l*pe !

J'ai censuré car ce méchant monsieur est très vulgaire.
Et alors qu'il était bien fier de son acte, il remarqua assez rapidité la grossière erreur qu'il venait de faire.
Une aura sombre de couleur pourpre entouré la métisse qui avait maintenant ses yeux qui s'étaient embrasés et contrastés maintenant avec ses cheveux, ça rappelait l'épisode où Conan lui avait dit qu'il avait vu ses fesses.
Slim prit peur et effaça le sourire de son visage avant de tenter de prendre la fuir, mais c'était mal connaitre la Reine de la Vengeance qui gagne toujours à ce jeu là.
Elle avait sa tension qui avait atteint 100%, ses cheveux se dressèrent donc en pique et l'aura violette entoura entièrement son corps, la transformant en une sorte de Super Saiyan.
Avec la puissance qu'elle avait accumulé, elle put produire une boule d'énergie bleu, non, pas un Hadoken, et elle concentra sa boule pour ensuite tirer un rayon en direction du fuyard.

Aï : Kamé Hamé Ha !!!

Elle détruisit la moitié du bâtiment avec son attaque mais au moins le combat était terminé et elle avait pu passer au level 500 000, son ennemi ne lâcha malheureusement pas d'items à sa mort.
Pour ce qui des 3 zouzous qui avaient assisté à ça, ils venaient de bugger suite à toutes ces infos entrant de leur petit cerveau fragile.
Et c'est quand leur invitée de renom tapa du poing sur la table qu’ils retrouvèrent leurs esprits.

Lucie : Bon bein je crois qu'on ne sera que nous deux, Max.

Pinou : Oui je crois aussi.

Paul : Vous pouvez y aller, je gère le reste.

Et ils obéirent sans attendre sortirent de la pièce, Paul fit ensuite de même car il avait un peu peur d'Haibara.
Celle ci vit alors son Kudo-kun se réveiller de son dur choc et reprendre ses esprits, il avait à nouveau toute sa tête.
Elle l'aida à se relever et ils retrouvèrent face à face avec leur nez espacé de seulement 2 centimètres.

Conan : J'ai raté quelque chose ?

Aï : Oh rien de vraiment important, juste les dénommés Maxime et Lucie qui viennent de partir pour arrêter ton ex de faire des conneries.

Conan : Ran a toujours l'art de nous poser des problèmes.

Aï : Faudra aussi s'occuper de Sera à notre retour.

Conan : Bon sinon, est ce normal que je ne porte aucun vêtement ? C'est un peu gênant.

Aï : Pour ce qu'il y a à voir.

Conan : C'est ça, rigole.

En réponse, elle l'embrassa fougueusement et ils finirent par terre en s'entrelacer entre deux amoureux.
Elle finit bientôt aussi peu vêtu que son Conan.
Et on arrête là avant de passer dans le Hentai Chelou, faut pas déconner avec le fan service !
Est ce que Pinou et Lucie vont réussir leur mission ? Paul est il bisexuel ? Est ce que l'on verra enfin Mélianne ? Combien coûte la choucroute ?
Les Réponses au prochain chapitre !


Dernière édition par WAF le Ven 18 Déc - 14:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Paf le chien   

Revenir en haut Aller en bas
 
Paf le chien
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 16Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 11 ... 16  Suivant
 Sujets similaires
-
» OBI CANICHE MALE 12 ANS (SOS VIE DE CHIEN)
» recherche chien/chienne de petit poids (environ 2-3 kg)REGLE
» 5 millions près pour un chien de garde en Haiti
» Le chien et le dauphin
» autres gifs de chien de race

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Resident evil Operation raccoon city :: Autour du forum :: règles du forum-
Sauter vers: